Accéder au contenu principal

Éviter un été meurtrier

festival


Jusqu’au bout ils ont voulu y croire. Jusqu’à ces derniers jours encore, les organisateurs des grands festivals qui font la renommée de la France et la joie de nos étés ont voulu croire qu’il serait encore possible de se retrouver ensemble en juillet et en août pour célébrer nos retrouvailles d’après confinement. Les espoirs ont été vite douchés par la dernière allocution d’Emmanuel Macron. "Les lieux rassemblant du public, restaurants, cafés et hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles et musées, resteront fermés [après le 11 mai]. Les grands festivals et événements avec un public nombreux ne pourront se tenir au moins jusqu’à mi-juillet prochain", déclarait lundi dernier le chef de l’Etat, déclenchant dès lors une série d’annulations, au pire, ou de reports, au mieux. Aix-en-Provence, Orange, Montpellier, Solidays, Hellfest, Francofolies, Avignon, etc. : autant de rendez-vous familiers qu’il faut désormais retirer de nos agendas.

Pour les festivals, l’été 2020 risque donc d’être un été meurtrier. Mais surtout, victimes du Covid-19, certains d’entre eux ne s’en relèveront pas. Et ce n’est pas l’étonnant concept de "petits festivals" évoqué par le ministre de la Culture Franck Riester – autant dire une fête de village ou une réunion familiale raillent les professionnels – qui changera la donne. Car depuis plusieurs années, partout en France, les festivals ont grandi, gagnant en maturité comme en notoriété, en professionnalisme comme en succès populaire, et ils se sont ancrés dans le paysage des territoires dont ils constituent un volet économique important en même temps qu’ils poursuivent un objectif de démocratisation de l’accès à la culture et de création de lien social. Car les festivals, ce sont non seulement des artistes qui brillent sur scène, mais aussi des techniciens, des organisateurs, des compagnies, des responsables de lieux et des intermittents du spectacle qui se retrouvent aujourd’hui plongés dans des difficultés insondables. Et aussi d’importantes retombées économiques.

L’État – à raison – a enclenché un vaste plan d’urgence pour soutenir l’économie, sauver des filières comme l’aérien ou le tourisme. Il est aussi urgent que l’Etat, aux côtés de Régions qui se sont déjà mobilisées pour certaines, comme l’Occitanie, offre un soutien à la hauteur de la crise au monde de la culture. Car à l’heure où le monde d’après s’invente, on a plus que jamais besoin de la culture qui, disait André Malraux, "est ce qui répond à l’homme lorsqu’il se demande ce qu’il fait sur terre…"

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 19 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…