Accéder au contenu principal

Le jour d'après

macron


Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait sans doute été l’un des candidats qui avait le plus théorisé ce que devait être la fonction du chef de l’Etat. Après l’hyperprésidence tout en rupture de Nicolas Sarkozy et la présidence "normale" mais bavarde de François Hollande, le candidat s’était ainsi longuement référé à la théorie d’Ernst Kantorowicz sur "les deux corps du roi". Selon cet historien allemand, le roi possède un corps terrestre et mortel comme n’importe lequel d’entre nous, mais également un corps politique, immortel, dépositaire de l’âme du pays. Dans la plupart des démocraties d’Europe, ces deux corps sont séparés : d’un côté un roi, une reine ou un président sans pouvoirs et de l’autre un Premier ministre qui dirige les affaires du pays. Mais en France – cette monarchie républicaine voulue par le général de Gaulle – les deux corps sont incarnés par la même personne : le président de la République.

Ainsi, Emmanuel Macron doit à la fois prendre du recul, de la hauteur, se hisser au niveau de l’histoire du pays ; et en même temps régler les contingences de la vie politique. L’épidémie du Covid-19 montre toute la difficulté de tenir les deux rôles à la fois. Le Président ne s’exprimerait que pour inscrire son action dans le temps long – à l’image de la reine Elizabeth II – qu’on lui reprocherait d’être déconnecté de ses concitoyens. Il ne s’occuperait que des dossiers politiques et techniques qu’on lui reprocherait, a contrario, de n’avoir aucune vision de long terme pour le pays et la place de la France dans le monde.

Depuis le début de la crise du coronavirus, Emmanuel Macron cherche donc à placer le curseur au bon endroit, une tâche d’autant plus ardue que cette épidémie est mouvante et qu’il ne dispose pas dans son gouvernement de poids lourds politiques indispensables en temps de crise. Dès lors, autant les prises de paroles solennelles d’Emmanuel Macron ont été bien accueillies par les Français, qui adhérent toujours à l’union nationale indispensable face à l’épidémie, autant ses nombreux déplacements, avec ou sans masque, ont brouillé le message du gouvernement dont la communication s’est révélée chaotique et contradictoire (sur les masques ou les tests), ce qui fait douter les Français sur sa capacité à gérer l’épreuve.

En s’exprimant hier pour la quatrième fois, Emmanuel Macron devait donc à la fois répondre aux critiques, préciser l’action de l’exécutif et fixer un cap, ouvrir un horizon sur le monde d’après. Le 16 mars, il avait parfaitement pressenti le choc qu’allait représenter l’épidémie en estimant que "beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause" et que "le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant." Il promettait d’en tirer "toutes les conséquences".

Son intervention d’hier a effectivement esquissé des pistes pour les mois à venir mais il reste beaucoup à faire pour répondre aux attentes des Français, et adopter une politique bien différente de celle menée jusqu’à présent. Après trois ans de réformes libérales, c’est aujourd’hui le besoin de l’Etat providence qui se fait sentir, la nécessité de relocaliser certaines productions clés, de retrouver une certaine souveraineté de la France et de l’Europe, de sanctuariser certains secteurs, de soutenir les services publics. Autant dire une révolution pour les Marcheurs, une "refondation" toutefois parfaitement identifiée hier par le President : "Sachons nous réinventer, moi le premier." Emmanuel Macron saura-t-il, sans se renier, passer de Président réformateur à Président protecteur, et en convaincra-t-il les Français ? C’est toute la question de la sortie du confinement, la clé du jour d’après.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 14 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à