Accéder au contenu principal

Le choc

 

covid

Les propos alarmants de nombreux experts qui depuis ce week-end parlent d’épidémie « hors de contrôle » en France ; la fatigue et la détresse qu’on a pu lire dans les témoignages de soignants, médecins ou infirmières, en première ligne dans tous les hôpitaux de France et non pas seulement ceux de Paris ; l’inquiétude qui n’a cessé de monter dans les Ehpad ; le constat fait par un nombre croissant de Français qu’ils connaissaient désormais dans leur entourage proche des personnes contaminées par le coronavirus et peut-être même décédées de la Covid-19 : autant de signes qui, ces derniers jours, ont acté une accélération dramatique de la propagation de l’épidémie en France, autant de signaux d’alerte qui ont conditionné les Français à se préparer à endurer de nouvelles mesures restrictives pour tenter de freiner le virus. Mais même en sachant tout cela, le reconfinement que s’apprêterait à leur annoncer ce soir Emmanuel Macron – s’il se réalise effectivement – constituera pour les Français un immense choc.

Un choc, car depuis le déconfinement du mois de mai, le gouvernement, les chefs d’entreprise, les citoyens dans leur grande majorité pensaient qu’un reconfinement général était impossible, inimaginable même. De taboue, cette perspective, pourtant déjà utilisée en Israël ou en Irlande, est apparue au fil du temps inéluctable, et la solution la plus efficace pour casser les chaînes de contamination qui ne cessent de s’allonger.

Un choc car nous allons devoir recommencer à vivre confinés avec tout ce que cela suppose de contraintes, de pression psychologique et de détresse morale pour beaucoup de Français. Quand bien même ce reconfinement serait « adouci » par rapport à celui que nous avons connu au printemps, il n’en restera pas moins une épreuve qui va peser sur chacun de nous.

Un choc pour l’économie du pays, ensuite, déjà durement éprouvée par le premier confinement et qui, tout juste convalescente, se retrouve à nouveau un genou à terre. L’espoir d’un rebond de l’activité paraîtra impossible pour nombre de PME ou d’indépendants.

Un choc politique, enfin, puisqu’un reconfinement signe, d’évidence, l’échec du déconfinement et de la stratégie mise en œuvre par le gouvernement depuis mai. À la décharge de l’exécutif, nos voisins européens n’ont pas fait mieux, mais l’impréparation face à une deuxième vague pourtant annoncée de longue date, interroge. Les oppositions ne s’y trompent pas.

Face à cette situation exceptionnelle, gageons toutefois que nous retrouverons les réflexes de solidarité qui nous avaient permis de tenir il y a sept mois, et que cette fois sera la bonne…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 28 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a