Accéder au contenu principal

Cas d'école

 

ecole

En abordant l’école dans son discours sur la lutte contre les séparatismes – intitulé "La République en actes" – Emmanuel Macron a assumé d’aller sur un terrain toujours sensible pour les gouvernements et les présidents tant chaque citoyen a de l’école une conception presque intime. "J’ai pris une décision, sans doute, et je la mesure, […] l’une des plus radicales depuis les lois de 1882 et celles assurant la mixité scolaire entre garçons et filles en 1969", a assuré le Président en annonçant un bouleversement : l’école obligatoire – et non l’instruction, différence de taille – dès 3 ans, et en corollaire la fin programmée de l’école à domicile telle que nous la connaissions.

En appeler à l’universalisme de l’école républicaine permet, d’évidence, d’anesthésier ceux qui voudraient trop critiquer l’entièreté du discours sur les séparatismes. En effet, qui peut s’opposer, à gauche comme à droite, à la scolarisation des enfants dès le plus jeune âge dans l’école de la République, ce creuset "qui façonne des esprits libres" ? En conséquence de cette décision, l’école à domicile, qui a pu donner lieu à des dérives, sera strictement limitée aux impératifs de santé, comme cela peut se faire chez certains de nos voisins européens.

Ce discours volontariste du chef de l’Etat sur l’école se heurte pourtant à deux écueils. La scolarisation des enfants de 3 ans et plus était déjà une réalité grâce à des écoles maternelles publiques dont on ne dit pas assez l’excellence. De fait, la mesure ne concernerait "que" 20000 d’élèves. Des enfants qu’il va falloir accueillir dans des écoles et mettre face à des instituteurs. Autant dire que cela constituera un coût d’abord pour les municipalités, car pour les écoles privées sous contrat les classes maternelles n’étaient pas comptabilisées ; elles se retrouvent de facto intégrées dans le dispositif. Et pour l’Etat, il y aura la nécessité de recruter des centaines de professeurs supplémentaires, ce qui ne se fait pas du jour au lendemain.

La limitation stricte de l’école à domicile, qui concerne 50000 élèves sur 12 millions est le second point problématique. Une décision du Conseil constitutionnel de 1977 a reconnu que "le principe de la liberté de l’enseignement… constitue un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République". Y toucher est donc périlleux juridiquement. Sur le fond, si l’on comprend que le chef de l’Etat souhaite lutter – à raison – contre tout embrigadement religieux de jeunes qui suivent l’école à domicile, il vise surtout les établissements privés hors contrat qui peuvent ponctuellement accueillir ces jeunes. Mais sur ces 1 700 établissements seul un tiers est confessionnel, les autres promeuvent des pédagogies alternatives (Freinet, Montessori), qui ne peuvent être de taxées de séparatisme. D’autant que ces dernières années les contrôles de ces établissements – comme des parents à domicile – sont devenus plus stricts. Ceci explique que la pétition lancée par les associations de parents instruisant en famille avec le soutien d’établissements d’enseignement à distance, dépasse les 60 000 signatures.

Derrière la belle idée de l’école républicaine obligatoire à 3 ans se trouve donc une vraie complexité qui va demander du temps et des moyens. L’exécutif peut-il garantir les deux ? Un vrai cas d’école...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 12 octobre 2020)


Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…