Accéder au contenu principal

Cas d'école

 

ecole

En abordant l’école dans son discours sur la lutte contre les séparatismes – intitulé "La République en actes" – Emmanuel Macron a assumé d’aller sur un terrain toujours sensible pour les gouvernements et les présidents tant chaque citoyen a de l’école une conception presque intime. "J’ai pris une décision, sans doute, et je la mesure, […] l’une des plus radicales depuis les lois de 1882 et celles assurant la mixité scolaire entre garçons et filles en 1969", a assuré le Président en annonçant un bouleversement : l’école obligatoire – et non l’instruction, différence de taille – dès 3 ans, et en corollaire la fin programmée de l’école à domicile telle que nous la connaissions.

En appeler à l’universalisme de l’école républicaine permet, d’évidence, d’anesthésier ceux qui voudraient trop critiquer l’entièreté du discours sur les séparatismes. En effet, qui peut s’opposer, à gauche comme à droite, à la scolarisation des enfants dès le plus jeune âge dans l’école de la République, ce creuset "qui façonne des esprits libres" ? En conséquence de cette décision, l’école à domicile, qui a pu donner lieu à des dérives, sera strictement limitée aux impératifs de santé, comme cela peut se faire chez certains de nos voisins européens.

Ce discours volontariste du chef de l’Etat sur l’école se heurte pourtant à deux écueils. La scolarisation des enfants de 3 ans et plus était déjà une réalité grâce à des écoles maternelles publiques dont on ne dit pas assez l’excellence. De fait, la mesure ne concernerait "que" 20000 d’élèves. Des enfants qu’il va falloir accueillir dans des écoles et mettre face à des instituteurs. Autant dire que cela constituera un coût d’abord pour les municipalités, car pour les écoles privées sous contrat les classes maternelles n’étaient pas comptabilisées ; elles se retrouvent de facto intégrées dans le dispositif. Et pour l’Etat, il y aura la nécessité de recruter des centaines de professeurs supplémentaires, ce qui ne se fait pas du jour au lendemain.

La limitation stricte de l’école à domicile, qui concerne 50000 élèves sur 12 millions est le second point problématique. Une décision du Conseil constitutionnel de 1977 a reconnu que "le principe de la liberté de l’enseignement… constitue un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République". Y toucher est donc périlleux juridiquement. Sur le fond, si l’on comprend que le chef de l’Etat souhaite lutter – à raison – contre tout embrigadement religieux de jeunes qui suivent l’école à domicile, il vise surtout les établissements privés hors contrat qui peuvent ponctuellement accueillir ces jeunes. Mais sur ces 1 700 établissements seul un tiers est confessionnel, les autres promeuvent des pédagogies alternatives (Freinet, Montessori), qui ne peuvent être de taxées de séparatisme. D’autant que ces dernières années les contrôles de ces établissements – comme des parents à domicile – sont devenus plus stricts. Ceci explique que la pétition lancée par les associations de parents instruisant en famille avec le soutien d’établissements d’enseignement à distance, dépasse les 60 000 signatures.

Derrière la belle idée de l’école républicaine obligatoire à 3 ans se trouve donc une vraie complexité qui va demander du temps et des moyens. L’exécutif peut-il garantir les deux ? Un vrai cas d’école...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 12 octobre 2020)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en