Accéder au contenu principal

De la démocratie...

 

us debate

Lorsqu’il revint des Etats-Unis au début du XIXe siècle, Alexis de Tocqueville rédigea son ouvrage majeur "De la démocratie en Amérique", décortiquant les rouages de ce jeune pays et pressentant la guerre de sécession autour de l’abolition de l’esclavage, mais aussi comment les Etats-Unis étaient une superpuissance en devenir. Le philosophe avait montré combien les institutions démocratiques américaines – adossées à une constitution toujours en vigueur – étaient solides. Cette solidité a pour l’heure résisté à l’ouragan Donald Trump. Cela sera-t-il toujours le cas après le scrutin présidentiel du 3 novembre prochain ? À un mois de l’échéance, la question est sur toutes les lèvres tant le président sortant – après quatre années de défiance, souvent face à sa propre administration – semble vouloir s’affranchir des règles démocratiques les plus essentielles : celles qui garantissent la sincérité du scrutin.

Dans le brouhaha stupéfiant – mais hélas pas surprenant – du premier débat qui l’a opposé mardi au démocrate Joe Biden, Donald Trump est, en effet, resté ambigu quant au respect du verdict des urnes. Il a ainsi refusé de s’engager à ne pas revendiquer la victoire si le résultat n’était pas certain ; et il ne le sera pas, compte tenu du temps qu’il faudra pour dépouiller les votes par correspondance qui seraient, selon Donald Trump qui n’en apporte aucune preuve, l’instrument d’une fraude massive ourdie par les démocrates… Surtout, refusant de condamner les suprémacistes blancs, Donald Trump s’est adressé aux Prouds Boys, une milice armée d’extrême droite, leur demandant de se "mettre en retrait"… et de "se tenir prêt". Prêt à quoi ? Au chaos peut-être que redoutent certains après le scrutin ; à une possible guerre civile craignent les autres.

Depuis quatre ans, jamais l’Amérique n’a été aussi divisée, aussi fracturée, aussi polarisée. Entre les partisans de Trump et les soutiens de Biden, les positions semblent totalement irréconciliables, hermétiques à toute nuance, à tout constat partagé. Sur tous les sujets, les Américains ne se parlent plus, confortés dans leurs opinions par la bulle numérique des réseaux sociaux ou des groupes idéologiques chauffés à blanc, adeptes de "faits alternatifs" ou de théories complotistes. Le débat de mardi entre Trump et Biden aurait pu être l’occasion de les réunir pour confronter les idées et les programmes. Las ! À la place, les téléspectateurs ont eu droit au pire débat présidentiel jamais vu. Un débat qui entache l’une des premières démocraties du monde, ce qui aura des conséquences ailleurs bien au-delà des Etats-Unis.

Car le trumpisme a fait des émules dans bien des pays, y compris en Europe où des démocraties se retrouvent fragilisées par des leaders populistes ou des dirigeants autocratiques . "J’avoue que dans l’Amérique, j’ai vu plus que l’Amérique ; j’y ai cherché une image de la démocratie elle-même", disait Tocqueville, qui avait aussi perçu les maux qui peuvent ronger les Etats-Unis : la tyrannie de la majorité et la tentation despotique. "Cela ne va pas bien se terminer" a lâché Donald Trump mardi soir. Comme une promesse glaçante…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 3 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan