Accéder au contenu principal

De la démocratie...

 

us debate

Lorsqu’il revint des Etats-Unis au début du XIXe siècle, Alexis de Tocqueville rédigea son ouvrage majeur "De la démocratie en Amérique", décortiquant les rouages de ce jeune pays et pressentant la guerre de sécession autour de l’abolition de l’esclavage, mais aussi comment les Etats-Unis étaient une superpuissance en devenir. Le philosophe avait montré combien les institutions démocratiques américaines – adossées à une constitution toujours en vigueur – étaient solides. Cette solidité a pour l’heure résisté à l’ouragan Donald Trump. Cela sera-t-il toujours le cas après le scrutin présidentiel du 3 novembre prochain ? À un mois de l’échéance, la question est sur toutes les lèvres tant le président sortant – après quatre années de défiance, souvent face à sa propre administration – semble vouloir s’affranchir des règles démocratiques les plus essentielles : celles qui garantissent la sincérité du scrutin.

Dans le brouhaha stupéfiant – mais hélas pas surprenant – du premier débat qui l’a opposé mardi au démocrate Joe Biden, Donald Trump est, en effet, resté ambigu quant au respect du verdict des urnes. Il a ainsi refusé de s’engager à ne pas revendiquer la victoire si le résultat n’était pas certain ; et il ne le sera pas, compte tenu du temps qu’il faudra pour dépouiller les votes par correspondance qui seraient, selon Donald Trump qui n’en apporte aucune preuve, l’instrument d’une fraude massive ourdie par les démocrates… Surtout, refusant de condamner les suprémacistes blancs, Donald Trump s’est adressé aux Prouds Boys, une milice armée d’extrême droite, leur demandant de se "mettre en retrait"… et de "se tenir prêt". Prêt à quoi ? Au chaos peut-être que redoutent certains après le scrutin ; à une possible guerre civile craignent les autres.

Depuis quatre ans, jamais l’Amérique n’a été aussi divisée, aussi fracturée, aussi polarisée. Entre les partisans de Trump et les soutiens de Biden, les positions semblent totalement irréconciliables, hermétiques à toute nuance, à tout constat partagé. Sur tous les sujets, les Américains ne se parlent plus, confortés dans leurs opinions par la bulle numérique des réseaux sociaux ou des groupes idéologiques chauffés à blanc, adeptes de "faits alternatifs" ou de théories complotistes. Le débat de mardi entre Trump et Biden aurait pu être l’occasion de les réunir pour confronter les idées et les programmes. Las ! À la place, les téléspectateurs ont eu droit au pire débat présidentiel jamais vu. Un débat qui entache l’une des premières démocraties du monde, ce qui aura des conséquences ailleurs bien au-delà des Etats-Unis.

Car le trumpisme a fait des émules dans bien des pays, y compris en Europe où des démocraties se retrouvent fragilisées par des leaders populistes ou des dirigeants autocratiques . "J’avoue que dans l’Amérique, j’ai vu plus que l’Amérique ; j’y ai cherché une image de la démocratie elle-même", disait Tocqueville, qui avait aussi perçu les maux qui peuvent ronger les Etats-Unis : la tyrannie de la majorité et la tentation despotique. "Cela ne va pas bien se terminer" a lâché Donald Trump mardi soir. Comme une promesse glaçante…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 3 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E