Accéder au contenu principal

Tenir le choc

 

avion

À la crise sanitaire du coronavirus succède cet automne la crise socio-économique tant redoutée. Depuis le confinement, nous nous étions bien sûr préparés à ce choc. En mars dernier déjà, le Premier ministre Edouard Philippe parlait de "risque d’écroulement" économique quand le ministre de l’Economie Bruno Le Maire évoquait la perspective de "la pire récession depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale."

Et pourtant, les annonces de plans sociaux qui s’enchaînent depuis quelques semaines – actuellement on en compte près de 450 partout en France – nous saisissent tous d’effroi, parce que derrière les chiffres bruts, ce sont bien sûr des familles qui basculent du jour au lendemain dans l’angoisse de l’avenir, ce sont des entreprises qui, solides hier, se retrouvent au bord de la faillite aujourd’hui, ce sont des territoires qui voient leur tissu économique se déliter. Plus de 65 000 emplois sont en passe d’être supprimés, selon un rapport de la Direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (DARES) publié le 29 septembre. C’est trois fois plus qu’en 2019 à la même époque… "Nous nous attendons dans les semaines et les mois qui viennent à un nombre de licenciements élevé et à des faillites", concède Bruno Le Maire, qui entend faire "plus que tout" pour "éviter ces faillites et trouver des solutions" dans cette crise totalement inédite.

Car contrairement aux crises économiques précédentes, celle due à la pandémie de Covid-19 présente une spécificité : un fort effet sectoriel. Certains secteurs se retrouvent ainsi plutôt préservés quand d’autres sont particulièrement touchés comme le tourisme, la culture, l’automobile ou l’aéronautique. L’Occitanie, dont le moteur – et quasiment le seul – est de longue date le secteur aérien, se retrouve ainsi en première ligne face à la vague des plans sociaux. Les suppressions de postes chez Airbus, tel un effet domino, se répercutent sur de nombreuses autres entreprises du secteur et fragilisent toute l’économie régionale. Le plan France relance, mais aussi les aides mises en place par les collectivités locales, Région en tête, sont dès lors les bienvenues pour limiter les pertes d’emplois d’une part, mais aussi préserver les compétences, les savoir-faire pour préparer d’ores et déjà l’après.

Il faut, en effet, anticiper dès à présent la fin de la crise sanitaire, envisager une économie plus diversifiée, investir aussi de nouveaux domaines liés par exemple à la transition écologique. L’économie mondiale n’est pas totalement à l’arrêt et plusieurs experts estiment qu’une fois la pandémie vaincue, il y aura un effet rattrapage de la consommation et de l’investissement, freinés pendant de longs mois. La lumière est donc au bout du tunnel. En attendant, la solidarité doit jouer à plein pour tenir et amortir le choc des plans sociaux.

(Editorial publié dans La Dépêche du mardi 6 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan