Accéder au contenu principal

Tenir le choc

 

avion

À la crise sanitaire du coronavirus succède cet automne la crise socio-économique tant redoutée. Depuis le confinement, nous nous étions bien sûr préparés à ce choc. En mars dernier déjà, le Premier ministre Edouard Philippe parlait de "risque d’écroulement" économique quand le ministre de l’Economie Bruno Le Maire évoquait la perspective de "la pire récession depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale."

Et pourtant, les annonces de plans sociaux qui s’enchaînent depuis quelques semaines – actuellement on en compte près de 450 partout en France – nous saisissent tous d’effroi, parce que derrière les chiffres bruts, ce sont bien sûr des familles qui basculent du jour au lendemain dans l’angoisse de l’avenir, ce sont des entreprises qui, solides hier, se retrouvent au bord de la faillite aujourd’hui, ce sont des territoires qui voient leur tissu économique se déliter. Plus de 65 000 emplois sont en passe d’être supprimés, selon un rapport de la Direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (DARES) publié le 29 septembre. C’est trois fois plus qu’en 2019 à la même époque… "Nous nous attendons dans les semaines et les mois qui viennent à un nombre de licenciements élevé et à des faillites", concède Bruno Le Maire, qui entend faire "plus que tout" pour "éviter ces faillites et trouver des solutions" dans cette crise totalement inédite.

Car contrairement aux crises économiques précédentes, celle due à la pandémie de Covid-19 présente une spécificité : un fort effet sectoriel. Certains secteurs se retrouvent ainsi plutôt préservés quand d’autres sont particulièrement touchés comme le tourisme, la culture, l’automobile ou l’aéronautique. L’Occitanie, dont le moteur – et quasiment le seul – est de longue date le secteur aérien, se retrouve ainsi en première ligne face à la vague des plans sociaux. Les suppressions de postes chez Airbus, tel un effet domino, se répercutent sur de nombreuses autres entreprises du secteur et fragilisent toute l’économie régionale. Le plan France relance, mais aussi les aides mises en place par les collectivités locales, Région en tête, sont dès lors les bienvenues pour limiter les pertes d’emplois d’une part, mais aussi préserver les compétences, les savoir-faire pour préparer d’ores et déjà l’après.

Il faut, en effet, anticiper dès à présent la fin de la crise sanitaire, envisager une économie plus diversifiée, investir aussi de nouveaux domaines liés par exemple à la transition écologique. L’économie mondiale n’est pas totalement à l’arrêt et plusieurs experts estiment qu’une fois la pandémie vaincue, il y aura un effet rattrapage de la consommation et de l’investissement, freinés pendant de longs mois. La lumière est donc au bout du tunnel. En attendant, la solidarité doit jouer à plein pour tenir et amortir le choc des plans sociaux.

(Editorial publié dans La Dépêche du mardi 6 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E