Accéder au contenu principal

Profiteurs de malheur

 

charlatan

À chaque malheur, ses profiteurs. L’épidémie de coronavirus n’échappe évidemment pas à cette règle vieille comme le monde. L’inquiétude légitime des Français pour leur santé et celle de leurs proches, les mystères qui entourent encore la compréhension de ce virus SARS-CoV-2 apparu il y a moins d’un an, la difficulté à obtenir, sinon un vaccin, du moins des traitements efficaces, la défiance qui s’est installée entre l’opinion et le monde médical, mais aussi entre les citoyens et leurs gouvernants contraints de prendre des mesures restreignant les libertés souvent mal expliquées : tout cela constitue un terreau sur lequel les complotistes de tout poil et les gourous marchands de guérison miraculeuse prospèrent allègrement.

Les quelque 70 signalements reçus pendant le confinement par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) montrent bien que l’épidémie de Covid-19 est devenue le théâtre d’oiseaux de mauvais augure qui trompent des Français en détresse pour leur vendre de l’espoir, souvent très cher, à coups de colliers grigri, de tisanes anti-Covid ou de coaching psychologique. Autant de "recettes" dont les conséquences sur la santé peuvent être dramatiques.

Face à ces pratiques, la vigilance doit donc être plus que jamais de mise de la part de tous les acteurs de l’épidémie. Les responsables publics d’abord, qui doivent faire preuve de transparence et de cohérence. Les deux, d’évidence, ont manqué depuis le mensonge de communication sur les masques en mars jusqu’aux récentes restrictions sanitaires, différenciées localement mais souvent confuses et peu compréhensibles.

Le corps médical, ensuite. Les polémiques à répétition et au grand jour depuis le début de l’épidémie ont clairement affaibli la parole scientifique. Là où l’opinion attend de la pondération, on a vu s’écharper en direct à la télévision ou sur les réseaux sociaux d’éminents spécialistes dépassés par leur hubris. Pas étonnant dès lors que ceux qui attendent des explications scientifiques se tournent vers des éclaircissements plus fantaisistes…

Les médias, ensuite, et particulièrement les chaînes d’information en continu. C’est peu dire que pour remplir leurs plateaux, certaines ont donné la parole à des médecins qui n’étaient aucunement spécialistes des virus ou à des experts toutologues que le doute habite rarement.

Enfin, les réseaux sociaux ont aussi leur responsabilité. Au nom d’une liberté d’expression conforme au premier amendement de la constitution américaine, ces plateformes ont lutté très mollement contre des contenus fallacieux sur le Covid-19 mais tellement porteurs d’audience…

Au final, le seul moyen de freiner l’activité des charlatans, qui surfent sur les fake news et les théories du complot, rejoignant les anti-vaccins et les opposants à la 5G, est bien de restaurer la confiance dans la parole publique. Il y a urgence.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 7 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a