Accéder au contenu principal

Profiteurs de malheur

 

charlatan

À chaque malheur, ses profiteurs. L’épidémie de coronavirus n’échappe évidemment pas à cette règle vieille comme le monde. L’inquiétude légitime des Français pour leur santé et celle de leurs proches, les mystères qui entourent encore la compréhension de ce virus SARS-CoV-2 apparu il y a moins d’un an, la difficulté à obtenir, sinon un vaccin, du moins des traitements efficaces, la défiance qui s’est installée entre l’opinion et le monde médical, mais aussi entre les citoyens et leurs gouvernants contraints de prendre des mesures restreignant les libertés souvent mal expliquées : tout cela constitue un terreau sur lequel les complotistes de tout poil et les gourous marchands de guérison miraculeuse prospèrent allègrement.

Les quelque 70 signalements reçus pendant le confinement par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) montrent bien que l’épidémie de Covid-19 est devenue le théâtre d’oiseaux de mauvais augure qui trompent des Français en détresse pour leur vendre de l’espoir, souvent très cher, à coups de colliers grigri, de tisanes anti-Covid ou de coaching psychologique. Autant de "recettes" dont les conséquences sur la santé peuvent être dramatiques.

Face à ces pratiques, la vigilance doit donc être plus que jamais de mise de la part de tous les acteurs de l’épidémie. Les responsables publics d’abord, qui doivent faire preuve de transparence et de cohérence. Les deux, d’évidence, ont manqué depuis le mensonge de communication sur les masques en mars jusqu’aux récentes restrictions sanitaires, différenciées localement mais souvent confuses et peu compréhensibles.

Le corps médical, ensuite. Les polémiques à répétition et au grand jour depuis le début de l’épidémie ont clairement affaibli la parole scientifique. Là où l’opinion attend de la pondération, on a vu s’écharper en direct à la télévision ou sur les réseaux sociaux d’éminents spécialistes dépassés par leur hubris. Pas étonnant dès lors que ceux qui attendent des explications scientifiques se tournent vers des éclaircissements plus fantaisistes…

Les médias, ensuite, et particulièrement les chaînes d’information en continu. C’est peu dire que pour remplir leurs plateaux, certaines ont donné la parole à des médecins qui n’étaient aucunement spécialistes des virus ou à des experts toutologues que le doute habite rarement.

Enfin, les réseaux sociaux ont aussi leur responsabilité. Au nom d’une liberté d’expression conforme au premier amendement de la constitution américaine, ces plateformes ont lutté très mollement contre des contenus fallacieux sur le Covid-19 mais tellement porteurs d’audience…

Au final, le seul moyen de freiner l’activité des charlatans, qui surfent sur les fake news et les théories du complot, rejoignant les anti-vaccins et les opposants à la 5G, est bien de restaurer la confiance dans la parole publique. Il y a urgence.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 7 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…