Accéder au contenu principal

Liberté ! Laïcité !

 

delacroix

Au lendemain de l’attaque terroriste qui a coûté la vie à un professeur d’histoire-géographie de Conflans-Sainte-Honorine, la France s’est réveillée hier avec cette terrible sensation qui l’a trop souvent étreinte ces dernières années. L’effroi devant la barbarie islamiste, le sentiment d’impuissance face à l’hydre terroriste, la tristesse infinie pour les victimes qui pourraient être nos proches, mais aussi l’envie de se battre, de ne pas baisser les bras ni plier le genou, de ne pas se diviser, de "faire bloc" comme l’a demandé, à raison, le président Macron, invitant les Français à l’unité.

En janvier 2015, ils se sont attaqués à la liberté d’expression en décimant la rédaction de Charlie Hebdo, qui avait publié des caricatures du prophète Mahomet. Les Français ont fait bloc et sont descendus en masse dans la rue, et avec eux des chefs d’Etat du monde entier, pour affirmer leur attachement indéfectible à la liberté de la presse, à la liberté d’expression et crier "Je suis Charlie".

En janvier 2015 et en juillet 2016, ils se sont attaqués à la liberté religieuse en s’en prenant à une autre religion que celle qu’ils pensaient servir, assassinant les clients de l’HyperCacher parce que juifs, égorgeant un prêtre, Jacques Hammel, dans son église – avec la même haine qu’à l’école Otzar Hatorah de Toulouse, en 2012. Une fois de plus, les Français ont fait bloc, réaffirmant leur attachement à la liberté de croire ou de ne pas croire, garantie par loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat, fondement de notre laïcité.

En novembre 2015 à Paris comme en juillet 2016 à Nice, ils se sont attaqués à notre façon de vivre, de se distraire, de se cultiver en massacrant des jeunes fans de rock ou des familles venues voir le feu d’artifice de la fête nationale. Là encore, les Français ont fait bloc, n’ont pas cédé à la division et ont continué à aller au restaurant, au théâtre, aux concerts.

Ce vendredi, ils se sont attaqués à la liberté de penser enseignée dans nos écoles publiques en assassinant un professeur qui avait à cœur de former ses élèves pour qu’ils deviennent, demain, des citoyens éclairés. Nul doute que, là encore, les Français vont faire bloc, de façon peut-être encore plus solide que les autres fois, car l’école reste la matrice de la République, le meilleur instrument émancipateur pour combattre tous les dogmes, tous les obscurantismes religieux. "Nos écoles, depuis qu’elles sont pleinement laïcisées, n’attaquent aucune croyance religieuse, mais elles se passent de toutes les croyances religieuses. Ce n’est pas à tel ou tel dogme qu’elles demandent les principes de l’éducation", estimait – déjà – Jean Jaurès, qui expliquait dans nos colonnes qu’"on n’enseigne pas ce que l’on veut ; je dirai même que l’on n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir : on n’enseigne et on ne peut enseigner que ce que l’on est."

Au-delà des polémiques dans lesquelles nous finissons parfois par nous noyer après chaque attentat, il faut dès lors témoigner aux enseignants notre soutien dans cette épreuve mais aussi leur offrir urgemment la reconnaissance qui leur fait défaut pour ce qu’ils accomplissent au quotidien, en héritiers des hussards noirs adhérant aux mots de Victor Hugo. "Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme…"

(Editorial publié dans La Dépêche du Dimanche du 18 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit