Accéder au contenu principal

Liberté ! Laïcité !

 

delacroix

Au lendemain de l’attaque terroriste qui a coûté la vie à un professeur d’histoire-géographie de Conflans-Sainte-Honorine, la France s’est réveillée hier avec cette terrible sensation qui l’a trop souvent étreinte ces dernières années. L’effroi devant la barbarie islamiste, le sentiment d’impuissance face à l’hydre terroriste, la tristesse infinie pour les victimes qui pourraient être nos proches, mais aussi l’envie de se battre, de ne pas baisser les bras ni plier le genou, de ne pas se diviser, de "faire bloc" comme l’a demandé, à raison, le président Macron, invitant les Français à l’unité.

En janvier 2015, ils se sont attaqués à la liberté d’expression en décimant la rédaction de Charlie Hebdo, qui avait publié des caricatures du prophète Mahomet. Les Français ont fait bloc et sont descendus en masse dans la rue, et avec eux des chefs d’Etat du monde entier, pour affirmer leur attachement indéfectible à la liberté de la presse, à la liberté d’expression et crier "Je suis Charlie".

En janvier 2015 et en juillet 2016, ils se sont attaqués à la liberté religieuse en s’en prenant à une autre religion que celle qu’ils pensaient servir, assassinant les clients de l’HyperCacher parce que juifs, égorgeant un prêtre, Jacques Hammel, dans son église – avec la même haine qu’à l’école Otzar Hatorah de Toulouse, en 2012. Une fois de plus, les Français ont fait bloc, réaffirmant leur attachement à la liberté de croire ou de ne pas croire, garantie par loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat, fondement de notre laïcité.

En novembre 2015 à Paris comme en juillet 2016 à Nice, ils se sont attaqués à notre façon de vivre, de se distraire, de se cultiver en massacrant des jeunes fans de rock ou des familles venues voir le feu d’artifice de la fête nationale. Là encore, les Français ont fait bloc, n’ont pas cédé à la division et ont continué à aller au restaurant, au théâtre, aux concerts.

Ce vendredi, ils se sont attaqués à la liberté de penser enseignée dans nos écoles publiques en assassinant un professeur qui avait à cœur de former ses élèves pour qu’ils deviennent, demain, des citoyens éclairés. Nul doute que, là encore, les Français vont faire bloc, de façon peut-être encore plus solide que les autres fois, car l’école reste la matrice de la République, le meilleur instrument émancipateur pour combattre tous les dogmes, tous les obscurantismes religieux. "Nos écoles, depuis qu’elles sont pleinement laïcisées, n’attaquent aucune croyance religieuse, mais elles se passent de toutes les croyances religieuses. Ce n’est pas à tel ou tel dogme qu’elles demandent les principes de l’éducation", estimait – déjà – Jean Jaurès, qui expliquait dans nos colonnes qu’"on n’enseigne pas ce que l’on veut ; je dirai même que l’on n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir : on n’enseigne et on ne peut enseigner que ce que l’on est."

Au-delà des polémiques dans lesquelles nous finissons parfois par nous noyer après chaque attentat, il faut dès lors témoigner aux enseignants notre soutien dans cette épreuve mais aussi leur offrir urgemment la reconnaissance qui leur fait défaut pour ce qu’ils accomplissent au quotidien, en héritiers des hussards noirs adhérant aux mots de Victor Hugo. "Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme…"

(Editorial publié dans La Dépêche du Dimanche du 18 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan