Accéder au contenu principal

Cohérence et cohésion

 

curfew

Les nouvelles mesures restrictives annoncées hier par le Premier ministre Jean Castex pour freiner la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, semblaient inéluctables. Inéluctables compte tenu des chiffres de contaminations pour 100 000 habitants qui ont dépassé la ligne rouge dans plusieurs régions, y compris dans certaines zones rurales et pas seulement dans les grandes métropoles dont neuf seulement étaient jusqu’à hier soumises à couvre-feu. Inéluctables parce que le nombre d’hospitalisations et le taux d’occupation de lits de réanimation ont augmenté ces derniers jours de façon alarmante. Inéluctables enfin parce que le pays ne peut pas se permettre un nouveau confinement, comme viennent de le décréter les Irlandais. Le gouvernement comme les Français n’ont pas envie de revivre des semaines éprouvantes d’assignation à domicile dont l’impact psychologique et les conséquences socio-économiques ont été ravageurs pour le pays.

Dès lors, les couvre-feux, ces confinements nocturnes, semblent être la meilleure solution, le meilleur compromis pour continuer à vivre et travailler tout en empêchant un débordement des hôpitaux dans lesquels les soignants sont épuisés depuis la première vague. Pris au cas par cas, ils correspondent aussi à la stratégie territorialisée du gouvernement et sa volonté d’associer les élus locaux. 

L’épidémie de Covid-19, on le sait, est un défi de longue haleine, une terrible mise à l’épreuve, particulièrement dans les démocraties où toute décision est logiquement questionnée, souvent critiquée et parfois contestée. Mais il n’y a pas de fatalité pour peu que l’on fasse preuve de cohérence et de cohésion ; la Nouvelle-Zélande qui a réussi sa lutte contre le virus – 25 décès pour 5 millions d’habitants – vient d’en faire la spectaculaire démonstration.

La cohérence, le gouvernement, instruit de ses erreurs – ah ! les masques… – s’y essaie sincèrement. Il semble aborder plus finement la deuxième vague, communique du mieux possible, est plus transparent, ce qui n’empêche ni les couacs ni les injonctions contradictoires, mal comprises ou pas assez anticipées. Mais qui ferait mieux face à une épidémie si imprévisible qui frappe pareillement tous les pays d’Europe ?

La cohésion, il appartient à tous les Français de la faire vivre, c’est-à-dire de faire preuve de civisme en respectant des mesures qui restreignent certes les libertés, mais pour un temps très limité, afin d’éviter le pire.

Cohérence, cohésion, la Nouvelle-Zélande y est arrivée, pourquoi pas nous ? Il y a urgence...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 23 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit