Accéder au contenu principal

Cohérence et cohésion

 

curfew

Les nouvelles mesures restrictives annoncées hier par le Premier ministre Jean Castex pour freiner la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, semblaient inéluctables. Inéluctables compte tenu des chiffres de contaminations pour 100 000 habitants qui ont dépassé la ligne rouge dans plusieurs régions, y compris dans certaines zones rurales et pas seulement dans les grandes métropoles dont neuf seulement étaient jusqu’à hier soumises à couvre-feu. Inéluctables parce que le nombre d’hospitalisations et le taux d’occupation de lits de réanimation ont augmenté ces derniers jours de façon alarmante. Inéluctables enfin parce que le pays ne peut pas se permettre un nouveau confinement, comme viennent de le décréter les Irlandais. Le gouvernement comme les Français n’ont pas envie de revivre des semaines éprouvantes d’assignation à domicile dont l’impact psychologique et les conséquences socio-économiques ont été ravageurs pour le pays.

Dès lors, les couvre-feux, ces confinements nocturnes, semblent être la meilleure solution, le meilleur compromis pour continuer à vivre et travailler tout en empêchant un débordement des hôpitaux dans lesquels les soignants sont épuisés depuis la première vague. Pris au cas par cas, ils correspondent aussi à la stratégie territorialisée du gouvernement et sa volonté d’associer les élus locaux. 

L’épidémie de Covid-19, on le sait, est un défi de longue haleine, une terrible mise à l’épreuve, particulièrement dans les démocraties où toute décision est logiquement questionnée, souvent critiquée et parfois contestée. Mais il n’y a pas de fatalité pour peu que l’on fasse preuve de cohérence et de cohésion ; la Nouvelle-Zélande qui a réussi sa lutte contre le virus – 25 décès pour 5 millions d’habitants – vient d’en faire la spectaculaire démonstration.

La cohérence, le gouvernement, instruit de ses erreurs – ah ! les masques… – s’y essaie sincèrement. Il semble aborder plus finement la deuxième vague, communique du mieux possible, est plus transparent, ce qui n’empêche ni les couacs ni les injonctions contradictoires, mal comprises ou pas assez anticipées. Mais qui ferait mieux face à une épidémie si imprévisible qui frappe pareillement tous les pays d’Europe ?

La cohésion, il appartient à tous les Français de la faire vivre, c’est-à-dire de faire preuve de civisme en respectant des mesures qui restreignent certes les libertés, mais pour un temps très limité, afin d’éviter le pire.

Cohérence, cohésion, la Nouvelle-Zélande y est arrivée, pourquoi pas nous ? Il y a urgence...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 23 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a