Accéder au contenu principal

La faute à qui ?

 

macron

Depuis le week-end dernier et l’envol des chiffres des contaminations et des hospitalisations, les Français s’attendaient à ce que de nouvelles « décisions difficiles » soient prises face au Covid-19. Si le reconfinement annoncé hier par Emmanuel Macron n’est donc pas une surprise – même s’il paraissait inimaginable – il n’en constitue pas moins un choc. Certes, il sera plus souple que celui du printemps mais il restera une épreuve pour tous les Français et un coup de massue pour une économie à peine remise de la première vague. Face aux chiffres implacables d’une épidémie « hors de contrôle » et au risque d’un débordement de notre système hospitalier, il s’agit bien là de la solution la plus efficace, et sans doute la seule, pour casser les chaînes de contamination.

Jusqu’ici très disciplinés face à des mesures qui, depuis des mois, ont restreint leurs libertés, bouleversé leur vie quotidienne et parfois fait tomber dans le chômage et la pauvreté des milliers d’entre eux, les Français accepteront-ils ce nouveau confinement ? Ne serait-ce que pour soulager les soignants, aussi héroïques qu’épuisés, très certainement. Ce qui n’empêchera pas la colère et le désespoir de s’exprimer, ni les questions d’être posées au premier rang desquelles : à qui la faute ?

La faute au gouvernement ? Il a sa part de responsabilité. En dépit des alertes très claires du Conseil scientifique dès juillet sur la nécessité de se préparer à une seconde vague, l’exécutif a semblé minorer cette possibilité, pressé de mettre en place son plan de relance. Au lieu de nommer un nébuleux haut-commissaire à la relance pour récompenser un allié politique, Emmanuel Macron aurait sans doute été plus inspiré de nommer un haut-commissaire au Covid-19… Les réactions gouvernementales aux prémices de la deuxième vague ont, de fait, été aussi tardives que timorées, en tout cas toujours en réaction à la dégradation de la situation épidémique, rarement dans l’anticipation et avec une communication plus que perfectible.

Le reconfinement signe dès lors l’échec de la stratégie de déconfinement… gérée par l’actuel Premier ministre. De Monsieur déconfinement, Jean Castex est devenu Monsieur reconfinement… À la décharge du gouvernement, nos voisins européens n’ont guère mieux géré cette deuxième vague et les oppositions, logiquement promptes à la critique, n’ont pas émis de propositions alternatives. Bien maigre consolation.

Mais la faute du reconfinement incombe aussi aux Français. Collectivement, nous n’avons pas été suffisamment à la hauteur du danger, par ignorance ou arrogance. Éprouvés par les deux mois de confinement, nous nous sommes relâchés dès l’été – c’était bien naturel – en respectant moins les gestes barrières : masques mal portés, retrouvailles familiales et amicales trop nombreuses, lavage des mains moins fréquents, etc. À cela, on peut ajouter aussi les entreprises qui ont rejeté le télétravail et demandé à leurs salariés d’être présents sur site, contribuant par ricochet à grossir les foules dans les transports en commun…

Faute d’avoir appris suffisamment de la première vague et d’avoir anticipé la seconde, nous voilà tous ensemble revenus comme à la case départ avec ce nouveau reconfinement. Certains experts prédisent qu’il y aura une 3e vague… Il est urgent de se rappeler ce que disait Richelieu « On ne doit pas tout craindre, mais on doit tout préparer… »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 29 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio