Accéder au contenu principal

La faute à qui ?

 

macron

Depuis le week-end dernier et l’envol des chiffres des contaminations et des hospitalisations, les Français s’attendaient à ce que de nouvelles « décisions difficiles » soient prises face au Covid-19. Si le reconfinement annoncé hier par Emmanuel Macron n’est donc pas une surprise – même s’il paraissait inimaginable – il n’en constitue pas moins un choc. Certes, il sera plus souple que celui du printemps mais il restera une épreuve pour tous les Français et un coup de massue pour une économie à peine remise de la première vague. Face aux chiffres implacables d’une épidémie « hors de contrôle » et au risque d’un débordement de notre système hospitalier, il s’agit bien là de la solution la plus efficace, et sans doute la seule, pour casser les chaînes de contamination.

Jusqu’ici très disciplinés face à des mesures qui, depuis des mois, ont restreint leurs libertés, bouleversé leur vie quotidienne et parfois fait tomber dans le chômage et la pauvreté des milliers d’entre eux, les Français accepteront-ils ce nouveau confinement ? Ne serait-ce que pour soulager les soignants, aussi héroïques qu’épuisés, très certainement. Ce qui n’empêchera pas la colère et le désespoir de s’exprimer, ni les questions d’être posées au premier rang desquelles : à qui la faute ?

La faute au gouvernement ? Il a sa part de responsabilité. En dépit des alertes très claires du Conseil scientifique dès juillet sur la nécessité de se préparer à une seconde vague, l’exécutif a semblé minorer cette possibilité, pressé de mettre en place son plan de relance. Au lieu de nommer un nébuleux haut-commissaire à la relance pour récompenser un allié politique, Emmanuel Macron aurait sans doute été plus inspiré de nommer un haut-commissaire au Covid-19… Les réactions gouvernementales aux prémices de la deuxième vague ont, de fait, été aussi tardives que timorées, en tout cas toujours en réaction à la dégradation de la situation épidémique, rarement dans l’anticipation et avec une communication plus que perfectible.

Le reconfinement signe dès lors l’échec de la stratégie de déconfinement… gérée par l’actuel Premier ministre. De Monsieur déconfinement, Jean Castex est devenu Monsieur reconfinement… À la décharge du gouvernement, nos voisins européens n’ont guère mieux géré cette deuxième vague et les oppositions, logiquement promptes à la critique, n’ont pas émis de propositions alternatives. Bien maigre consolation.

Mais la faute du reconfinement incombe aussi aux Français. Collectivement, nous n’avons pas été suffisamment à la hauteur du danger, par ignorance ou arrogance. Éprouvés par les deux mois de confinement, nous nous sommes relâchés dès l’été – c’était bien naturel – en respectant moins les gestes barrières : masques mal portés, retrouvailles familiales et amicales trop nombreuses, lavage des mains moins fréquents, etc. À cela, on peut ajouter aussi les entreprises qui ont rejeté le télétravail et demandé à leurs salariés d’être présents sur site, contribuant par ricochet à grossir les foules dans les transports en commun…

Faute d’avoir appris suffisamment de la première vague et d’avoir anticipé la seconde, nous voilà tous ensemble revenus comme à la case départ avec ce nouveau reconfinement. Certains experts prédisent qu’il y aura une 3e vague… Il est urgent de se rappeler ce que disait Richelieu « On ne doit pas tout craindre, mais on doit tout préparer… »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 29 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit