Accéder au contenu principal

Papy et mamie

papy

 

Papy et mamie. Ces doux noms qui emportent toute la tendresse des enfants et la bienveillance de leurs parents à l’égard des grands-pères et grands-mères ont subitement déclenché la colère de ces derniers quand le nouveau Premier ministre les a utilisés pendant l’été pour s’adresser à eux. Pour Jean Castex, papy et mamie devaient renoncer à aller chercher leurs petits-enfants à l’école en raison des risques qu’ils couraient face à l’épidémie du coronavirus. Peut-être Jean Castex a-t-il des grands-parents l’image de ces anciens que l’on voit parfois dans les villages, voûtés sur leur canne et le béret vissé sur la tête. Une image d’Epinal en somme bien éloignée de la réalité, comme le lui a vertement rappelé sur le plateau de France 2 Armelle Le Bigot Macaux, présidente de l’École des Grands-Parents Européens. En voulant infantiliser les seniors – sans mauvaise intention évidemment – le Premier ministre s’était retrouvé comme un petit garçon devant la dynamique septuagénaire en colère…

C’est que deux éléments viennent contredire le Premier ministre. Le premier est que les "seniors" recouvrent désormais non pas une mais deux catégories d’âge : un 3e âge actif où, de 65 ans à 80-85 ans, l’on reste dynamique, plutôt en bonne santé ; puis un 4e âge où l’on devient plus dépendant. Second élément, les grands-parents le deviennent souvent de plus en plus tôt et en tout cas de façon plus précoce que la génération précédente. Selon un sondage Ipsos pour Notre temps paru en novembre, on entre dans la grand-parentalité en moyenne à 54 ans pour les femmes et 56 ans pour les hommes. Autant dire à un âge où l’on est d’autant plus actif... qu’on travaille encore. Ce sondage établit aussi que les grands-parents ne lésinent pas quand il faut s’occuper des petits-enfants : ils assurent en moyenne 9 heures de garde hebdomadaire qui font fructifier les liens intergénérationnels… Des liens essentiels dont une majorité de grands-parents a été privée pendant le confinement.

Pas question dès lors de revivre la même chose avec la deuxième vague du Covid-19. Jean Castex l’a d’ailleurs reconnu l’avant-veille de l’annonce présidentielle des couvre-feux. "On peut aller voir papy et mamie enfin, ce serait ridicule ! Mais on fait très attention. On porte le masque au maximum, en tout cas s’agissant du papy, puisque vous savez que pour les petits-enfants, même le port du masque en dessous d’un certain âge est décommandé", a-t-il expliqué le 12 octobre.

Car s’il faut bien sûr maintenir le lien intergénérationnel dans les familles quelles qu’elles soient, et ne pas infantiliser les seniors, il faut rester prudent. Le dernier point épidémiologique de Santé publique France indiquait que chez les 65-74 ans, le nombre de cas a plus que triplé en six semaines… Grands-parents et petits-enfants peuvent se voir, mais, comme le martèle la publicité "quand on aime ses proches, on ne s’approche pas trop…"

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 21 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit