Accéder au contenu principal

Comment se réinventer

 

ski
Photo DDM, Joël Boyé

L’image avait tantôt fait sourire et parfois s’indigner : mi-février de cette année, pour sauver la saison de la petite station de Luchon-SuperBagnères, le Conseil départemental de Haute-Garonne avait fait livrer par hélicoptère 50 tonnes de neige. L’affaire était devenue politique, la ministre de la Transition écologique de l’époque, Elisabeth Borne, estimant qu’"enneiger une station de ski" de la sorte, "ce n’est pas une voie possible".

Assumée par le Département, cette opération exceptionnelle n’était pourtant pas une première. Montclar-les-2-Vallées, une station des Alpes-de-Haute-Provence, avait procédé de même deux mois auparavant et Gérardmer, dans les Vosges, s’était fait livrer de la neige par camion. Ces épisodes semblant opposer écologie et économie locale montrent combien le défi est grand pour les stations de ski pour faire face au réchauffement climatique qui, inéluctablement, ne cesse de réduire le domaine skiable français.

Dans les 10, 20 ou 30 prochaines années, de nombreuses stations ne pourront plus jouer les Sisyphe pour offrir une qualité de ski suffisante.

Dès lors, c’est tout un modèle qu’il faut totalement repenser pour les stations dont l’enneigement ne sera pas garanti et imaginer en version "quatre saisons". En 2015 déjà, la Cour des comptes estimait que les stations des Pyrénées devaient faire face à "une érosion continue de leur fréquentation", affichaient des "situations budgétaires et financières souvent tendues" avec une forte sollicitation des "finances publiques locales" mais avaient lancé des initiatives pour s’adapter. Le ski peut évidemment rester le produit phare le plus attractif pour les clients, notamment grâce à la neige de culture, qui est moins développée ici qu’ailleurs : 30 % seulement en France contre 48 % en Suisse et 60 % en Autriche. Mais les stations, et particulièrement celles en dessous de 1500 à 1700 mètres, doivent développer d’autres activités, tout au long de l’année, proposer des offres attractives pour des clientèles plus ciblées, et mieux s’insérer dans les économies des territoires.

En Occitanie, beaucoup de stations se sont déjà engagées dans cette voie de la diversification, comme la petite station de Laguiole, et cet été, les stations ont pu affiner les besoins – les Français ayant préféré rester en France, coronavirus oblige. Mais cet hiver, outre le possible manque de neige dû au réchauffement climatique, les stations se retrouvent sous la menace de la crise sanitaire. Face au Covid-19, elles ont mis en place un protocole sanitaire sérieux. Pour que skier reste, encore cette année, un plaisir.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 10 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan