Accéder au contenu principal

Comment se réinventer

 

ski
Photo DDM, Joël Boyé

L’image avait tantôt fait sourire et parfois s’indigner : mi-février de cette année, pour sauver la saison de la petite station de Luchon-SuperBagnères, le Conseil départemental de Haute-Garonne avait fait livrer par hélicoptère 50 tonnes de neige. L’affaire était devenue politique, la ministre de la Transition écologique de l’époque, Elisabeth Borne, estimant qu’"enneiger une station de ski" de la sorte, "ce n’est pas une voie possible".

Assumée par le Département, cette opération exceptionnelle n’était pourtant pas une première. Montclar-les-2-Vallées, une station des Alpes-de-Haute-Provence, avait procédé de même deux mois auparavant et Gérardmer, dans les Vosges, s’était fait livrer de la neige par camion. Ces épisodes semblant opposer écologie et économie locale montrent combien le défi est grand pour les stations de ski pour faire face au réchauffement climatique qui, inéluctablement, ne cesse de réduire le domaine skiable français.

Dans les 10, 20 ou 30 prochaines années, de nombreuses stations ne pourront plus jouer les Sisyphe pour offrir une qualité de ski suffisante.

Dès lors, c’est tout un modèle qu’il faut totalement repenser pour les stations dont l’enneigement ne sera pas garanti et imaginer en version "quatre saisons". En 2015 déjà, la Cour des comptes estimait que les stations des Pyrénées devaient faire face à "une érosion continue de leur fréquentation", affichaient des "situations budgétaires et financières souvent tendues" avec une forte sollicitation des "finances publiques locales" mais avaient lancé des initiatives pour s’adapter. Le ski peut évidemment rester le produit phare le plus attractif pour les clients, notamment grâce à la neige de culture, qui est moins développée ici qu’ailleurs : 30 % seulement en France contre 48 % en Suisse et 60 % en Autriche. Mais les stations, et particulièrement celles en dessous de 1500 à 1700 mètres, doivent développer d’autres activités, tout au long de l’année, proposer des offres attractives pour des clientèles plus ciblées, et mieux s’insérer dans les économies des territoires.

En Occitanie, beaucoup de stations se sont déjà engagées dans cette voie de la diversification, comme la petite station de Laguiole, et cet été, les stations ont pu affiner les besoins – les Français ayant préféré rester en France, coronavirus oblige. Mais cet hiver, outre le possible manque de neige dû au réchauffement climatique, les stations se retrouvent sous la menace de la crise sanitaire. Face au Covid-19, elles ont mis en place un protocole sanitaire sérieux. Pour que skier reste, encore cette année, un plaisir.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 10 octobre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio