Accéder au contenu principal

Les limites de l’acceptabilité

 


Il y a sept mois, lors de son allocution solennelle annonçant le confinement du pays, Emmanuel Macron avait estimé fort justement qu’avec l’épidémie de Covid-19 "beaucoup de certitudes, de convictions [allaient être] balayées, remises en cause". De fait, le coronavirus est devenu pour le Président une épreuve au long cours, un défi complexe et mouvant d’une ampleur qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait eue à affronter. Même la réponse à apporter aux attentats de 2015, terribles pour notre pays, paraissait plus maîtrisable.


couvre feu


Avec ce virus, Emmanuel Macron, qui se targuait d’être maître des horloges, a dû faire son aggiornamento. Là où le mouvement social inédit des Gilets jaunes avait échoué à le faire dévier de sa trajectoire libérale réformiste, l’épidémie l’a contraint à revoir son positionnement politique en inversant le mantra du quinquennat : Emmanuel Macron a ainsi dû passer du "libérer, protéger" à un social-déomocrate "protéger, libérer". Le besoin de protection pendant la première vague de l’épidémie s’est imposé, en effet, avec le retour en grâce d’un Etat providence disposé à dépenser "quoi qu’il en coûte" pour sauver l’économie, passée, derrière la santé, priorité n° 1. Après le déconfinement, le chef de l’Etat espérait ouvrir une nouvelle séquence, la dernière du quinquennat, avec un nouveau Premier ministre ; pour remettre l’économie en souffrance au premier rang avec un plan de relance inédit.

Las ! Le rebond – prévisible – de l’épidémie, qui s’est transformé depuis la rentrée en une dangereuse deuxième vague, impose, à nouveau, de remettre la santé au premier plan… mais cette fois sans placer sous cloche l’économie. Une vraie gageure pour l’exécutif, qui ne peut plus utiliser l’arme du confinement généralisé. Dès lors, les mesures sanitaires plus restrictives qu’Emmanuel Macon est contraint d’annoncer ce soir s’apparentent à de la dentelle : des couvre-feux mais pas partout, des reconfinements locaux mais très ponctuels, du télétravail mais suggéré, etc. 

Des mesures coercitives mais pesées au trébuchet car chacune se heurte à la préservation des libertés individuelles auxquelles les Français sont très attachés. Au-delà des critiques politiques – légitimes en démocratie – sur la gestion à tâtons de la crise sanitaire, l’exécutif entend la petite musique de ceux qui hurlent contre les masques, les interdictions ou une prétendue dictature sanitaire. La fronde de certains élus locaux, les manifestations de cafetiers ou de forains constituent un signal faible de ras-le-bol et d’épuisement face aux contraintes certes, mais aussi un signal qui pourrait conduire à une "giletjaunisation" de la crise sanitaire… 

C’est pour éviter cela qu’Emmanuel Macron va devoir parler ce soir un langage de clarté et de vérité en présentant des mesures qui puissent être comprises de tous, sans dépasser les limites de l’acceptabilité…

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio