Accéder au contenu principal

Les limites de l’acceptabilité

 


Il y a sept mois, lors de son allocution solennelle annonçant le confinement du pays, Emmanuel Macron avait estimé fort justement qu’avec l’épidémie de Covid-19 "beaucoup de certitudes, de convictions [allaient être] balayées, remises en cause". De fait, le coronavirus est devenu pour le Président une épreuve au long cours, un défi complexe et mouvant d’une ampleur qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait eue à affronter. Même la réponse à apporter aux attentats de 2015, terribles pour notre pays, paraissait plus maîtrisable.


couvre feu


Avec ce virus, Emmanuel Macron, qui se targuait d’être maître des horloges, a dû faire son aggiornamento. Là où le mouvement social inédit des Gilets jaunes avait échoué à le faire dévier de sa trajectoire libérale réformiste, l’épidémie l’a contraint à revoir son positionnement politique en inversant le mantra du quinquennat : Emmanuel Macron a ainsi dû passer du "libérer, protéger" à un social-déomocrate "protéger, libérer". Le besoin de protection pendant la première vague de l’épidémie s’est imposé, en effet, avec le retour en grâce d’un Etat providence disposé à dépenser "quoi qu’il en coûte" pour sauver l’économie, passée, derrière la santé, priorité n° 1. Après le déconfinement, le chef de l’Etat espérait ouvrir une nouvelle séquence, la dernière du quinquennat, avec un nouveau Premier ministre ; pour remettre l’économie en souffrance au premier rang avec un plan de relance inédit.

Las ! Le rebond – prévisible – de l’épidémie, qui s’est transformé depuis la rentrée en une dangereuse deuxième vague, impose, à nouveau, de remettre la santé au premier plan… mais cette fois sans placer sous cloche l’économie. Une vraie gageure pour l’exécutif, qui ne peut plus utiliser l’arme du confinement généralisé. Dès lors, les mesures sanitaires plus restrictives qu’Emmanuel Macon est contraint d’annoncer ce soir s’apparentent à de la dentelle : des couvre-feux mais pas partout, des reconfinements locaux mais très ponctuels, du télétravail mais suggéré, etc. 

Des mesures coercitives mais pesées au trébuchet car chacune se heurte à la préservation des libertés individuelles auxquelles les Français sont très attachés. Au-delà des critiques politiques – légitimes en démocratie – sur la gestion à tâtons de la crise sanitaire, l’exécutif entend la petite musique de ceux qui hurlent contre les masques, les interdictions ou une prétendue dictature sanitaire. La fronde de certains élus locaux, les manifestations de cafetiers ou de forains constituent un signal faible de ras-le-bol et d’épuisement face aux contraintes certes, mais aussi un signal qui pourrait conduire à une "giletjaunisation" de la crise sanitaire… 

C’est pour éviter cela qu’Emmanuel Macron va devoir parler ce soir un langage de clarté et de vérité en présentant des mesures qui puissent être comprises de tous, sans dépasser les limites de l’acceptabilité…

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a