Accéder au contenu principal

Tenir


couple


Fusionnel, passionnel, conflictuel, impossible, invivable, infernal, chien et chat ou inséparable : la définition du couple est aussi diverse qu’il y a de couples, qu’ils soient hétéros ou homos, premier amour ou noces d’or. Le couple est un continent qui regorge perpétuellement de terra incognita et qui, depuis toujours, inspire la littérature, le cinéma ou la télévision. De Titus et Bérénice à Rhett Butler et Scarlett O’Hara, de Colin et Chlo à Jane Eyre et Edouard Rochester, de Bonny and Clyde à un Gars une fille, d’Harold et Maud à Scène de ménages. Mais aujourd’hui, le couple va-t-il tenir ? Va-t-il résister à cette période de confinement inédite que ce satané coronavirus nous impose. Contraint de vivre 24 heures sur 24 sous le même toit quand chacun avait ses habitudes, son rythme, ses activités, tantôt seul tantôt à deux, le couple va-t-il résister pour ne pas sombrer dans une " Guerre des roses", cette comédie américaine de Danny DeVito où les amoureux Michael Douglas et Kathleen Turner finissent par se livrer une guerre sans merci ? Ou au contraire va-t-il se retrouver, se renforcer ? Nul ne le sait.

Plus sérieusement, les conséquences psychologiques du confinement vont assurément peser sur les couples – comme sur chaque individu – surtout s’ils sont parents de jeunes enfants à qui il faut désormais faire classe. Chaque couple est différent, chacun aura sa façon d’aborder cette période, en fonction de son tempérament et de ses moyens. Car vivre le confinement confortablement installé dans une maison avec jardin, ce n’est bien sûr pas la même chose que de le vivre dans un petit appartement. Beaucoup de couples chinois qui viennent de passer six semaines confinés ont décidé de divorcer, notamment parce que des femmes ont été battues et abusées par leur conjoint. C’est là le versant terrible du confinement lorsque le face-à-face oppose un bourreau et sa victime. C’est pour cela qu’il faut, avec les associations, redoubler d’attention envers celles – et ceux – qui sont potentiellement en situation de risque et les aider à tenir dans cette période vécue davantage comme celle de l’angoisse que comme celle des retrouvailles.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 29 mars 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …