Accéder au contenu principal

Catalyseur d'abstention

urne


L’épidémie de coronavirus, on le voit désormais tous les jours, n’est plus seulement une crise sanitaire mondiale, mais un événement planétaire qui bouleverse tout sur son passage en soulignant les faiblesses – mais aussi la capacité de mobilisation et de résilience – de nos sociétés : la diplomatie, l’économie, la vie quotidienne, les loisirs, le travail, l’école… Le Covid-19 chamboule tout, apportant chaque jour, pas par pays, le décompte inquiétant des nouveaux cas de contamination.

Va-t-il pour autant impacter les prochaines élections municipales dont le premier tour se tient dans moins de 15 jours ? Pour l’heure, personne n’ose envisager un report du scrutin. Non seulement ce serait politiquement ravageur alors que l’on aborde la dernière ligne droite, que les candidats mettent toutes leurs forces dans la bataille et que les Français – même si tous n’ont pas encore fait leur choix définitif – souhaitent participer à l’élection de celui qui reste leur élu préféré. Mais un report s’avérerait aussi particulièrement compliqué à organiser : ne concernerait-il que les départements les plus touchés par le coronavirus qu’il créerait, de fait, une rupture de l’égalité républicaine entre Français. Impensable. Et qui dit report global dit choisir une nouvelle date, alors même qu’on n’a aucune idée de la façon dont va évoluer l’épidémie. Emmanuel Macron admettait lui-même mardi soir que la phase 2 dans laquelle la France se trouve pourrait durer "des semaines et sans doute des mois."

Dès lors, rester sur le calendrier prévu – les 15 et 22 mars – est pour l’heure une solution de sagesse, qui n’empêche en rien les autorités de prendre si besoin des mesures particulières d’hygiène dans les bureaux de vote tout en continuant à marteler des messages de prévention qui doivent lutter contre la kyrielle de rumeurs et de fausses informations qui circulent.

Car plus que le virus lui-même, les municipales ont davantage à craindre de l’effet de psychose que provoque le Covid-19 sur les populations. Par peur de se retrouver dans des bureaux de vote à manipuler des bulletins et des enveloppes, passer dans des isoloirs ou signer un parapheur passant de mains en mains, certains électeurs vont-ils déserter les urnes, alors qu’il n’y a pas davantage de danger que lorsqu’ils vont au supermarché ? Nul ne le sait, mais certains candidats commencent à s’inquiéter en observant un nombre de procurations beaucoup plus bas qu’à l’accoutumée. D’autres, notamment à droite, craignent que les aînés, qui votent plus que la moyenne, décident de rester chez eux.

Au final, le coronavirus apparaît comme un possible catalyseur d’abstention dont notre démocratie se passerait bien.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 5 mars 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à