Accéder au contenu principal

Leçons

hopital
L’hôpital du Camp Funston au Texas. Otis Historical Archives, National Museum of Health and Medicine


Les épidémies qui ont frappé l’humanité sont riches d’enseignements pour appréhender celle qui nous touche actuellement, la pandémie du Covid-19. Surtout, regarder l’Histoire – au-delà de l’Antiquité et du Moyen âge où l’on vivait les fléaux comme des punitions divines – nous permet de prendre conscience de réalités que nous avons parfois voulu occulter et de réaffirmer des vérités que d’aucuns veulent battre en brèche

Ainsi les formidables progrès de la médecine nous ont fait oublier que les maladies peuvent être contagieuses. Nos préoccupations se sont, en effet, davantage portées sur des affections "individuelles" comme les maladies cardio-vasculaires, les cancers ou les diabètes puisque les maladies transmissibles ont connu une baisse importante dans les pays riches. Mais l’épidémie de VIH, la résurgence de cas de rougeoles et maintenant le Covid-19 montrent que les maladies contagieuses sont bien toujours là et concernent tout le monde.

Le second enseignement que nous apprend l’Histoire est l’importance des vaccins. Une minorité bruyante n’a eu de cesse ces dernières années de s’opposer aux vaccins en général et à l’élargissement du nombre de vaccins obligatoires voulu par le gouvernement. Aujourd’hui, le monde espère que la course au vaccin contre le Covid-19 sera la plus courte possible car le passé montre que les vaccins ont sauvé et sauvent des millions de vies.

Enfin le dernier enseignement que souligne pour nous l’historien Jean-Marc Moriceau est le point commun des épidémies à travers les siècles : "L’absence de réactions drastiques, rapides et coordonnées" et le poids des intérêts économiques face aux exigences sanitaires. L’absence de coordination européenne sur les mesures de confinement, les décisions erratiques d’un Trump ou d’un Johnson montrent effectivement qu’il reste du chemin à faire. Gageons qu’une fois sortis de cette épidémie de coronavirus, nous en tirerons collectivement les bonnes leçons.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 22 mars 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …