Accéder au contenu principal

Annus horribilis

marche


Pour les agriculteurs de France, l’année 2020 sera à coup sûr à marquer d’une pierre noire, une vraie annus horribilis. Alors que la situation économique du secteur est toujours difficile, notamment dans ses relations avec la grande distribution, les agriculteurs ont subi de plein fouet ces derniers mois ce que l’on a appelé l’agribashing, c’est-à-dire, à l’occasion du débat sur l’interdiction prochaine du glyphosate, des critiques parfois très virulentes concernant leur utilisation des pesticides. Des critiques souvent injustes, car oubliant que les agriculteurs sont les premières victimes de la nocivité de ces produits phytosanitaires et oubliant aussi que nombre d’agriculteurs sont engagés dans des démarches aussi coûteuses que complexes de transition vers des modèles plus attentifs à l’environnement. Le respect des « zones de nontraitement » entre cultures et habitations lors de la pulvérisation de pesticides a rajouté une difficulté supplémentaire au casse-tête.

Les éleveurs, de leur côté, ont dû subir les attaques des défenseurs des animaux dont les vidéos chocs ont heurté – à raison – les Français, mais qui masquent, là aussi, les pratiques majoritairement respectueuses du bien-être animal. Enfin, dernièrement, les producteurs de tomates se sont retrouvés confrontés au ToBRFV, le « virus de la tomate », dont la présence fait peser un risque économique important pour toute la filière cette année.

C’est dans ce contexte déjà très délicat que le monde agricole doit encaisser aujourd’hui les conséquences collatérales du coronavirus. D’un côté, les mesures de contrôles des frontières de l’espace Schengen vont empêcher les travailleurs saisonniers étrangers de venir en France pour participer aux récoltes – il manque près de 200 000 personnes. Et de l’autre, l’interdiction des marchés ouverts dans le cadre du renforcement des mesures de confinement – plutôt mal comprise dans les bourgs où les mesures de sécurité étaient bien respectées – va compliquer l’activité de milliers de maraîchers, producteurs et éleveurs.

Les appels à la solidarité des Français ou des grandes enseignes lancés hier par le gouvernement ne seront sans doute pas suffisants pour permettre au monde agricole de surmonter l’épreuve du coronavirus. Il faudra vraisemblablement un grand plan d’action, probablement à l’échelle européenne. Autant dire inventer une nouvelle politique agricole commune pour qu’à la crise sanitaire du coronavirus ne s’ajoute pas une crise agricole majeure.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 25 mars 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…