Accéder au contenu principal

Efficacité et libertés

drone


Deux jours après sa nomination au ministère de la Santé, Olivier Véran avait laissé échapper, le 18 février sur France Inter, son admiration devant la capacité de la Chine à mettre en place des mesures drastiques de quarantaine pour des millions d’habitants de la région de Wuhan. « La Chine a une capacité de réactivité. Elle a pris ses responsabilités en prenant des mesures de confinement très rapidement. Je ne suis pas sûr qu’il serait possible de réaliser ça dans un pays où les réseaux sociaux seraient ouverts » avait expliqué le ministre, laissant entendre qu’un régime autoritaire comme celui de Xi Jinping, où les libertés individuelles sont quasi inexistantes, serait plus à même de combattre une épidémie que des démocraties où la liberté d’expression et de la presse, et la transparence de l’information sont constitutionnellement garanties…

Depuis, le recours massif de la Chine – mais aussi d’autres pays comme la Corée du Sud ou Taïwan – à des technologiques très avancées de surveillance des populations, combinées à l’imposition d’une discipline de fer ou d’une acceptation culturelle faisant primer le groupe sur l’individu, a permis d’atténuer la courbe de propagation du coronavirus. Ce succès – façon « Big Brother » – suscite une fascination de certains pays pour cet arsenal d’outils high-tech au premier rang desquels le backtracking, c’est-à-dire la surveillance des téléphones mobiles pour tracer leurs utilisateurs. Emmanuel Macron a ainsi demandé mardi au tout nouveau Comité d’analyse, recherche et expertise (CARE) d’ouvrir la réflexion sur le sujet.

Une prudence de bon aloi car cette surveillance généralisée pose d’évidents problèmes de compatibilité avec la préservation de nos libertés individuelles. À l’instar de la lutte contre le terrorisme qui a provoqué, via l’état d’urgence, une modification substantielle de notre droit, la lutte contre l’épidémie de coronavirus estelle en passe de nous faire accepter des mesures exceptionnelles qui se traduiraient in fine par un nouveau rétrécissement des libertés ? Autrement dit, pour plus d’efficacité, faut-il moins de liberté ? Voilà une des nombreuses questions que cette épidémie de coronavirus nous pose pour l’après-crise. Pour y répondre, il faudra alors se souvenir de Victor Hugo : « Sauvons la liberté, la liberté sauve le reste. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 26 mars 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en