Accéder au contenu principal

Un espoir pour l'humanité

 

vaccin

Alors que le monde affronte la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, alors que de nombreux pays, dont la France, ont été contraints de se reconfiner pour freiner la circulation du coronavirus, alors que les conséquences socio-économiques de la crise sanitaire se font de plus en plus ressentir sur les populations et les commerces, une bonne nouvelle est survenue hier, comme une petite lumière éclairant les ténèbres. Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a annoncé que son candidat-vaccin était efficace « à 90 % » contre le Covid-19. Certes il s’agit de rester prudent, on est encore loin de la commercialisation d’un vaccin à grande échelle, mais cette annonce redonne espoir et apporte aussi un certain nombre d’enseignements pour l’humanité qui connaît depuis bientôt un an l’une des pandémies les plus violentes de l’ère moderne.

En premier lieu, il faut saluer l’exploit de voir un tel résultat arriver si vite, en quelques mois seulement, là où il faut habituellement des années. Face au coronavirus, une collaboration mondiale s’est très tôt mise en place. Loin des velléités diplomatiques, géopolitiques ou économiques – elles existent évidemment, trouver le vaccin le premier est un enjeu pour plusieurs pays – les scientifiques du monde entier ont partagé leurs données, leurs connaissances, montrant, s’il en était besoin, que c’est bien la coopération internationale, l’alliance de tous les pays, le multilatéralisme qu’ont en horreur les populistes, qui permettent de faire avancer la recherche. Le hasard aura voulu que l’annonce de Pfizer tombe le jour où le nouveau président américain Joe Biden crée une cellule nationale anti-Covid aux Etats-Unis et affiche sa foi en la science, là où Donald Trump a fait tout l’inverse. La science compte, les faits comptent.

Second enseignement sur le profil de ceux qui ont réalisé cet exploit : les laboratoires Pfizer se sont associés à la jeune start-up allemande BioNTech, fondée en 2008 par des cliniciens et des scientifiques qui travaillent sur des médicaments personnalisés faisant appel à la technique de l’ARNm. La course mondiale au vaccin contre le Covid-19 a mis en selle de telles collaborations entre des mastodontes du médicament et de jeunes biotech très agiles. Cette façon de travailler paraît très prometteuse.

Cet espoir d’un vaccin pour Noël appelle aussi deux défis pour l’humanité : surmonter la défiance des anti-vaccins, dont le nombre croît partout et notamment en France, et surtout faire en sorte que ce vaccin soit disponible rapidement et équitablement pour tous. 

Face à une pandémie mondiale, un vaccin devrait-il être un bien commun universel plutôt qu’un brevet rémunérateur ? Sans doute, à condition de trouver les mécanismes pour financer la recherche et rétribuer ceux qui trouvent. La France est sur cette position et porte l’idée d’un « bien public mondial », fidèle à l’idée de Louis Pasteur, selon qui « la science n’a pas de patrie ».

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 10 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan