Accéder au contenu principal

Un espoir pour l'humanité

 

vaccin

Alors que le monde affronte la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, alors que de nombreux pays, dont la France, ont été contraints de se reconfiner pour freiner la circulation du coronavirus, alors que les conséquences socio-économiques de la crise sanitaire se font de plus en plus ressentir sur les populations et les commerces, une bonne nouvelle est survenue hier, comme une petite lumière éclairant les ténèbres. Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a annoncé que son candidat-vaccin était efficace « à 90 % » contre le Covid-19. Certes il s’agit de rester prudent, on est encore loin de la commercialisation d’un vaccin à grande échelle, mais cette annonce redonne espoir et apporte aussi un certain nombre d’enseignements pour l’humanité qui connaît depuis bientôt un an l’une des pandémies les plus violentes de l’ère moderne.

En premier lieu, il faut saluer l’exploit de voir un tel résultat arriver si vite, en quelques mois seulement, là où il faut habituellement des années. Face au coronavirus, une collaboration mondiale s’est très tôt mise en place. Loin des velléités diplomatiques, géopolitiques ou économiques – elles existent évidemment, trouver le vaccin le premier est un enjeu pour plusieurs pays – les scientifiques du monde entier ont partagé leurs données, leurs connaissances, montrant, s’il en était besoin, que c’est bien la coopération internationale, l’alliance de tous les pays, le multilatéralisme qu’ont en horreur les populistes, qui permettent de faire avancer la recherche. Le hasard aura voulu que l’annonce de Pfizer tombe le jour où le nouveau président américain Joe Biden crée une cellule nationale anti-Covid aux Etats-Unis et affiche sa foi en la science, là où Donald Trump a fait tout l’inverse. La science compte, les faits comptent.

Second enseignement sur le profil de ceux qui ont réalisé cet exploit : les laboratoires Pfizer se sont associés à la jeune start-up allemande BioNTech, fondée en 2008 par des cliniciens et des scientifiques qui travaillent sur des médicaments personnalisés faisant appel à la technique de l’ARNm. La course mondiale au vaccin contre le Covid-19 a mis en selle de telles collaborations entre des mastodontes du médicament et de jeunes biotech très agiles. Cette façon de travailler paraît très prometteuse.

Cet espoir d’un vaccin pour Noël appelle aussi deux défis pour l’humanité : surmonter la défiance des anti-vaccins, dont le nombre croît partout et notamment en France, et surtout faire en sorte que ce vaccin soit disponible rapidement et équitablement pour tous. 

Face à une pandémie mondiale, un vaccin devrait-il être un bien commun universel plutôt qu’un brevet rémunérateur ? Sans doute, à condition de trouver les mécanismes pour financer la recherche et rétribuer ceux qui trouvent. La France est sur cette position et porte l’idée d’un « bien public mondial », fidèle à l’idée de Louis Pasteur, selon qui « la science n’a pas de patrie ».

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 10 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio