Accéder au contenu principal

Un espoir pour l'humanité

 

vaccin

Alors que le monde affronte la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, alors que de nombreux pays, dont la France, ont été contraints de se reconfiner pour freiner la circulation du coronavirus, alors que les conséquences socio-économiques de la crise sanitaire se font de plus en plus ressentir sur les populations et les commerces, une bonne nouvelle est survenue hier, comme une petite lumière éclairant les ténèbres. Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a annoncé que son candidat-vaccin était efficace « à 90 % » contre le Covid-19. Certes il s’agit de rester prudent, on est encore loin de la commercialisation d’un vaccin à grande échelle, mais cette annonce redonne espoir et apporte aussi un certain nombre d’enseignements pour l’humanité qui connaît depuis bientôt un an l’une des pandémies les plus violentes de l’ère moderne.

En premier lieu, il faut saluer l’exploit de voir un tel résultat arriver si vite, en quelques mois seulement, là où il faut habituellement des années. Face au coronavirus, une collaboration mondiale s’est très tôt mise en place. Loin des velléités diplomatiques, géopolitiques ou économiques – elles existent évidemment, trouver le vaccin le premier est un enjeu pour plusieurs pays – les scientifiques du monde entier ont partagé leurs données, leurs connaissances, montrant, s’il en était besoin, que c’est bien la coopération internationale, l’alliance de tous les pays, le multilatéralisme qu’ont en horreur les populistes, qui permettent de faire avancer la recherche. Le hasard aura voulu que l’annonce de Pfizer tombe le jour où le nouveau président américain Joe Biden crée une cellule nationale anti-Covid aux Etats-Unis et affiche sa foi en la science, là où Donald Trump a fait tout l’inverse. La science compte, les faits comptent.

Second enseignement sur le profil de ceux qui ont réalisé cet exploit : les laboratoires Pfizer se sont associés à la jeune start-up allemande BioNTech, fondée en 2008 par des cliniciens et des scientifiques qui travaillent sur des médicaments personnalisés faisant appel à la technique de l’ARNm. La course mondiale au vaccin contre le Covid-19 a mis en selle de telles collaborations entre des mastodontes du médicament et de jeunes biotech très agiles. Cette façon de travailler paraît très prometteuse.

Cet espoir d’un vaccin pour Noël appelle aussi deux défis pour l’humanité : surmonter la défiance des anti-vaccins, dont le nombre croît partout et notamment en France, et surtout faire en sorte que ce vaccin soit disponible rapidement et équitablement pour tous. 

Face à une pandémie mondiale, un vaccin devrait-il être un bien commun universel plutôt qu’un brevet rémunérateur ? Sans doute, à condition de trouver les mécanismes pour financer la recherche et rétribuer ceux qui trouvent. La France est sur cette position et porte l’idée d’un « bien public mondial », fidèle à l’idée de Louis Pasteur, selon qui « la science n’a pas de patrie ».

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 10 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit