Accéder au contenu principal

Art de vivre en péril

 

restaurant

Prendre un expresso au comptoir d’un café de quartier pour bien commencer la journée, se retrouver pour un déjeuner de travail dans une brasserie, célébrer des retrouvailles entre copains dans un bar à vin à l’heure de l’apéritif, dîner en amoureux dans un petit restaurant de charme tout juste ouvert : s’il est bien quelque chose de notre vie sociale que l’épidémie de coronavirus et les confinements censés freiner sa progression, nous a ôté, ce sont bien tous ces petits moments qui rythmaient la vie de millions de Français, toutes générations confondues. Des petits moments auxquels on ne faisait presque plus attention tant ils étaient ancrés banalement dans notre quotidien. Des petits moments qui, aujourd’hui, nous manquent terriblement et qui nous font toucher du doigt, très concrètement, combien ils participent profondément de notre mode de vie, de cet art de vivre à la française, qui combine savamment gastronomie et convivialité. Retrouverons-nous bientôt ces petits moments ? Et surtout retrouverons-nous bientôt ceux qui permettent qu’ils se produisent, c’est-à-dire tous les professionnels de la restauration ?

Malheureusement, beaucoup d’entre eux, déjà durement affectés par la fermeture de leur établissement durant le confinement du printemps, puis handicapés par les horaires du couvre-feu, ne parviendront pas à se relever de ce deuxième confinement. Certains ont déjà anticipé cette échéance, mettant la clé sous la porte après une vie de labeur ou seulement quelques mois d’ouverture de ce qui était leur rêve. La détresse de tous ces professionnels s’est matérialisée il y a quelques jours par une spectaculaire mise en scène place du Capitole à Toulouse.

Certes les aides du gouvernement ont été déclenchées puis élargies, les emprunts garantis par l’Etat, les reports de charges ont bien été actés, mais en dépit de montants conséquents et de dispositifs innovants opérés par l’Etat ou les régions, elles ne pourront compenser la perte des chiffres d’affaires. Les restaurateurs vivent d’autant plus douloureusement la situation de péril de leurs établissements que depuis mars, chacun s’est démultiplié pour mettre en place un contraignant protocole sanitaire, qui a nécessité des investissements à chaque nouveau tour de vis sanitaire. Beaucoup de restaurateurs ont tout fait pour maintenir leur activité avec la livraison de repas, le click & collect, mais malgré le soutien des Français, cela n’a pas compensé les pertes.

Alors quand certains évoquent une fermeture des restaurants jusqu’à mi-janvier, le désarroi laisse place au désespoir et à la colère car les restaurants jouent leur survie. Emmanuel Macron, qui a souvent loué "l’art d’être Français", peut-il ne pas entendre les restaurateurs ? Réponse mardi soir à 20 heures.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 21 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan