Accéder au contenu principal

Tournant

 

usflag


L’élection présidentielle américaine qui se déroule aujourd’hui débouchera-t-elle sur la nuit la plus longue eu égard au délicat comptage des voix, notamment celles reçues par correspondance, qui nécessitera peut-être plusieurs jours durant lesquels tout peut se passer, et notamment des heurts ? En tout cas, le pays retient son souffle pour cette élection historique qui offre deux perspectives radicalement différentes, deux choix de société diamétralement opposés et vraisemblablement un moment de bascule pour le pays mais aussi pour le monde. Soit le président républicain sortant Donald Trump, aujourd’hui largement distancé dans les sondages, créé, comme en 2016, une énorme surprise, et les Etats-Unis vont s’enfoncer pendant quatre années de plus – cette fois sans le frein que pouvait constituer pour lui sa réélection – dans une politique ultraconservatrice, protectionniste, hostile au multilatéralisme, où les faits comptent moins que des opinions, où les adversaires sont vus comme des ennemis bons à conspuer sur Twitter, où les minorités toujours bonnes à mépriser. Soit le candidat démocrate Joe Biden, actuellement porté par les sondages, parvient à stopper Donald Trump et remettre les Etats-Unis dans une normalité démocratique sur la scène intérieure comme à l’international.

Jusqu’à la fin 2019, la perspective de voir Trump réélu prenait de plus en plus de consistance, car, en dépit des guerres commerciales menées contre la Chine ou l’Europe, en dépit d’une politique étrangère erratique faite de « coups » et de replis, Donald Trump pouvait se targuer d’une économie en forme, LE critère clé. Lors la campagne présidentielle de 1992, le conseiller politique de Bill Clinton, James Carville, n’avait-il pas affiché dans son bureau le slogan « It’s the economy, stupid ! » pour rappeler combien l’économie restait, au-delà de tout, la priorité des électeurs. Mais l’arrivée du coronavirus a tout bouleversé. Entre un Trump dans le déni scientifique, incapable d’avoir su apporter une réponse sanitaire nationale pour éviter plus de 230 000 morts, record mondial, et un Biden, systématiquement masqué, qui martèle sa foi en la science et montre son empathie avec les familles victimes, l’épidémie pourrait devenir l’arbitre du scrutin.

Quel que soit le résultat, les Etats-Unis vont en tout cas rester encore longtemps divisés. Car le trumpisme a infusé non seulement le parti républicain, mais aussi une large part de la société américaine et les institutions du pays avec la nomination de juges ultraconservateurs à la Cour suprême comme dans les cours d’appel. La présidence Trump a polarisé l’opinion à un point tel que la nuance, le sens du compromis et le souci de l’intérêt général qui finissaient par prévaloir après chaque présidentielle, paraissent inatteignables et devraient le rester encore un moment. Avec Trump s’il est réélu assurément, et sans doute aussi sans lui… Autant dire qu’aujourd’hui, l’Amérique est à un tournant : Trump, stop ou encore ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 3 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan