Accéder au contenu principal

Tournant

 

usflag


L’élection présidentielle américaine qui se déroule aujourd’hui débouchera-t-elle sur la nuit la plus longue eu égard au délicat comptage des voix, notamment celles reçues par correspondance, qui nécessitera peut-être plusieurs jours durant lesquels tout peut se passer, et notamment des heurts ? En tout cas, le pays retient son souffle pour cette élection historique qui offre deux perspectives radicalement différentes, deux choix de société diamétralement opposés et vraisemblablement un moment de bascule pour le pays mais aussi pour le monde. Soit le président républicain sortant Donald Trump, aujourd’hui largement distancé dans les sondages, créé, comme en 2016, une énorme surprise, et les Etats-Unis vont s’enfoncer pendant quatre années de plus – cette fois sans le frein que pouvait constituer pour lui sa réélection – dans une politique ultraconservatrice, protectionniste, hostile au multilatéralisme, où les faits comptent moins que des opinions, où les adversaires sont vus comme des ennemis bons à conspuer sur Twitter, où les minorités toujours bonnes à mépriser. Soit le candidat démocrate Joe Biden, actuellement porté par les sondages, parvient à stopper Donald Trump et remettre les Etats-Unis dans une normalité démocratique sur la scène intérieure comme à l’international.

Jusqu’à la fin 2019, la perspective de voir Trump réélu prenait de plus en plus de consistance, car, en dépit des guerres commerciales menées contre la Chine ou l’Europe, en dépit d’une politique étrangère erratique faite de « coups » et de replis, Donald Trump pouvait se targuer d’une économie en forme, LE critère clé. Lors la campagne présidentielle de 1992, le conseiller politique de Bill Clinton, James Carville, n’avait-il pas affiché dans son bureau le slogan « It’s the economy, stupid ! » pour rappeler combien l’économie restait, au-delà de tout, la priorité des électeurs. Mais l’arrivée du coronavirus a tout bouleversé. Entre un Trump dans le déni scientifique, incapable d’avoir su apporter une réponse sanitaire nationale pour éviter plus de 230 000 morts, record mondial, et un Biden, systématiquement masqué, qui martèle sa foi en la science et montre son empathie avec les familles victimes, l’épidémie pourrait devenir l’arbitre du scrutin.

Quel que soit le résultat, les Etats-Unis vont en tout cas rester encore longtemps divisés. Car le trumpisme a infusé non seulement le parti républicain, mais aussi une large part de la société américaine et les institutions du pays avec la nomination de juges ultraconservateurs à la Cour suprême comme dans les cours d’appel. La présidence Trump a polarisé l’opinion à un point tel que la nuance, le sens du compromis et le souci de l’intérêt général qui finissaient par prévaloir après chaque présidentielle, paraissent inatteignables et devraient le rester encore un moment. Avec Trump s’il est réélu assurément, et sans doute aussi sans lui… Autant dire qu’aujourd’hui, l’Amérique est à un tournant : Trump, stop ou encore ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 3 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit