Accéder au contenu principal

Tournant

 

usflag


L’élection présidentielle américaine qui se déroule aujourd’hui débouchera-t-elle sur la nuit la plus longue eu égard au délicat comptage des voix, notamment celles reçues par correspondance, qui nécessitera peut-être plusieurs jours durant lesquels tout peut se passer, et notamment des heurts ? En tout cas, le pays retient son souffle pour cette élection historique qui offre deux perspectives radicalement différentes, deux choix de société diamétralement opposés et vraisemblablement un moment de bascule pour le pays mais aussi pour le monde. Soit le président républicain sortant Donald Trump, aujourd’hui largement distancé dans les sondages, créé, comme en 2016, une énorme surprise, et les Etats-Unis vont s’enfoncer pendant quatre années de plus – cette fois sans le frein que pouvait constituer pour lui sa réélection – dans une politique ultraconservatrice, protectionniste, hostile au multilatéralisme, où les faits comptent moins que des opinions, où les adversaires sont vus comme des ennemis bons à conspuer sur Twitter, où les minorités toujours bonnes à mépriser. Soit le candidat démocrate Joe Biden, actuellement porté par les sondages, parvient à stopper Donald Trump et remettre les Etats-Unis dans une normalité démocratique sur la scène intérieure comme à l’international.

Jusqu’à la fin 2019, la perspective de voir Trump réélu prenait de plus en plus de consistance, car, en dépit des guerres commerciales menées contre la Chine ou l’Europe, en dépit d’une politique étrangère erratique faite de « coups » et de replis, Donald Trump pouvait se targuer d’une économie en forme, LE critère clé. Lors la campagne présidentielle de 1992, le conseiller politique de Bill Clinton, James Carville, n’avait-il pas affiché dans son bureau le slogan « It’s the economy, stupid ! » pour rappeler combien l’économie restait, au-delà de tout, la priorité des électeurs. Mais l’arrivée du coronavirus a tout bouleversé. Entre un Trump dans le déni scientifique, incapable d’avoir su apporter une réponse sanitaire nationale pour éviter plus de 230 000 morts, record mondial, et un Biden, systématiquement masqué, qui martèle sa foi en la science et montre son empathie avec les familles victimes, l’épidémie pourrait devenir l’arbitre du scrutin.

Quel que soit le résultat, les Etats-Unis vont en tout cas rester encore longtemps divisés. Car le trumpisme a infusé non seulement le parti républicain, mais aussi une large part de la société américaine et les institutions du pays avec la nomination de juges ultraconservateurs à la Cour suprême comme dans les cours d’appel. La présidence Trump a polarisé l’opinion à un point tel que la nuance, le sens du compromis et le souci de l’intérêt général qui finissaient par prévaloir après chaque présidentielle, paraissent inatteignables et devraient le rester encore un moment. Avec Trump s’il est réélu assurément, et sans doute aussi sans lui… Autant dire qu’aujourd’hui, l’Amérique est à un tournant : Trump, stop ou encore ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 3 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Le virus et la vérité

  Il y a un an, le monde découvrait la ville de Wuhan, foyer d’un virus inconnu et bientôt épicentre d’une épidémie mondiale qui s’est répandue comme une traînée de poudre en quelques semaines. En dépit des nombreuses alertes qui avaient eu lieu ces dernières années de la part de spécialistes des épidémies, d’infectiologues réputés ou de services de renseignements qui, tous, appelaient à se préparer à de telles pandémies, beaucoup voulaient croire que ce nouveau coronavirus, 18 ans après celui du SRAS, resterait cantonné à la Chine. "Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée", assurait même notre ministre de la Santé Agnès Buzyn le 24 janvier… On connaît la suite, l’expansion redoutable du coronavirus SARS-CoV-2 qui a fait aujourd’hui 1,5 million de morts et contaminé 65 millions de personnes dans le monde. Un virus contre lequel tous les pays sont entrés en "guerre" pour reprendre l’expr