Accéder au contenu principal

Devoir d'humanité

refugee
Opération Triron en 2015 - Photo Irish Defence Forces

 

Qu’ils viennent du Moyen-Orient ou d’Asie avec la ferme intention de tout faire pour traverser la Manche et rejoindre l’Angleterre qu’ils pensent être un eldorado, ou qu’ils viennent d’Afrique subsaharienne et notamment de Guinée avec le rêve de rester en France, les mineurs qui fuient la guerre ou la misère constituent peut-être le chapitre le plus douloureux et le plus dramatique du dossier des migrants sur lequel l’Union européenne – et donc la France – ne parvient pas à apporter une réponse à la fois coordonnée, juste et conforme aux valeurs de l’Europe.

Ces enfants et adolescents qui prennent seuls la route de l’exil vers l’Europe sont évidement particulièrement vulnérables. Une étude récente de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a montré qu’une écrasante majorité d’entre eux a été victime de violences sur la route de la Méditerranée centrale ; le verrouillage des frontières les poussant par ailleurs à emprunter des chemins de plus en plus dangereux. Une fois en Europe, leur parcours du combattant n’est pas terminé. "Les procédures de détermination d’âge, les conditions d’accueil, les formalités auxquelles ils sont confrontés et le traitement de leur dossier varient d’un État membre à un autre, sans que l’on y retrouve véritablement le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant, pourtant garanti par la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) et inscrit dans la Charte des Droits Fondamentaux (article 24), qui devrait systématiquement primer sur son origine étrangère", déplore l’association européenne pour la défense des droits de l’Homme.

En France, ces "mineurs non accompagnés", (MNA) selon la froide terminologie administrative, sont pris en charge par les Départements, dont dépend l’aide sociale à l’enfance. Mais devant leur nombre, les Départements – qui continuent à faire un travail remarquable, il est bon de le rappeler – tirent la sonnette d’alarme depuis quatre ans pour que l’Etat honore ses engagements financiers afin de permettre un accueil digne. Emmanuel Macron avait promis à l’Assemblée des départements de France (ADF) que l’Etat prendrait en charge 100 % des coûts liés à l’accueil de ces jeunes, on en est loin. Cette prise en charge insuffisante amène à ce qu’une partie de ces mineurs constituent des proies pour les réseaux criminels ou tombent dans la petite délinquance.

Face à ce phénomène qui dure depuis plusieurs années, il est temps que la France et l’Europe trouvent une solution pour ne pas abandonner ces mineurs à leur sort. Il y a là, au-delà de toute considération politique et juridique, un devoir d’humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 7 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E