Accéder au contenu principal

Devoir d'humanité

refugee
Opération Triron en 2015 - Photo Irish Defence Forces

 

Qu’ils viennent du Moyen-Orient ou d’Asie avec la ferme intention de tout faire pour traverser la Manche et rejoindre l’Angleterre qu’ils pensent être un eldorado, ou qu’ils viennent d’Afrique subsaharienne et notamment de Guinée avec le rêve de rester en France, les mineurs qui fuient la guerre ou la misère constituent peut-être le chapitre le plus douloureux et le plus dramatique du dossier des migrants sur lequel l’Union européenne – et donc la France – ne parvient pas à apporter une réponse à la fois coordonnée, juste et conforme aux valeurs de l’Europe.

Ces enfants et adolescents qui prennent seuls la route de l’exil vers l’Europe sont évidement particulièrement vulnérables. Une étude récente de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a montré qu’une écrasante majorité d’entre eux a été victime de violences sur la route de la Méditerranée centrale ; le verrouillage des frontières les poussant par ailleurs à emprunter des chemins de plus en plus dangereux. Une fois en Europe, leur parcours du combattant n’est pas terminé. "Les procédures de détermination d’âge, les conditions d’accueil, les formalités auxquelles ils sont confrontés et le traitement de leur dossier varient d’un État membre à un autre, sans que l’on y retrouve véritablement le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant, pourtant garanti par la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) et inscrit dans la Charte des Droits Fondamentaux (article 24), qui devrait systématiquement primer sur son origine étrangère", déplore l’association européenne pour la défense des droits de l’Homme.

En France, ces "mineurs non accompagnés", (MNA) selon la froide terminologie administrative, sont pris en charge par les Départements, dont dépend l’aide sociale à l’enfance. Mais devant leur nombre, les Départements – qui continuent à faire un travail remarquable, il est bon de le rappeler – tirent la sonnette d’alarme depuis quatre ans pour que l’Etat honore ses engagements financiers afin de permettre un accueil digne. Emmanuel Macron avait promis à l’Assemblée des départements de France (ADF) que l’Etat prendrait en charge 100 % des coûts liés à l’accueil de ces jeunes, on en est loin. Cette prise en charge insuffisante amène à ce qu’une partie de ces mineurs constituent des proies pour les réseaux criminels ou tombent dans la petite délinquance.

Face à ce phénomène qui dure depuis plusieurs années, il est temps que la France et l’Europe trouvent une solution pour ne pas abandonner ces mineurs à leur sort. Il y a là, au-delà de toute considération politique et juridique, un devoir d’humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 7 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit