Accéder au contenu principal

Question d’égalité

 

accent

Vous avez "un accent chantant", "rocailleux", "de troisième mi-temps de rugby", "à couper au couteau" ou "incompréhensible", etc. Tous les Français qui parlent avec un accent ont eu à subir un jour ou l’autre ce type de remarques. Certaines partent évidemment d’une bonne intention et sont dites sur le ton du compliment, mais d’autres sont bel et bien des moqueries lancées avec le mépris et la condescendance de ceux qui estiment bien parler le "vrai" français. Et quand ces appréciations barrent la route à un emploi ou imposent à celui qui a un accent de le gommer ou de l’oublier, on est clairement dans le cadre d’une discrimination. "L’une des dernières (micro) agressions racistes socialement admises" selon le député héraultais Christophe Euzet dont la proposition de loi "visant à promouvoir la France des accents" et donc à lutter contre leur discrimination – la glottophobie – est examinée aujourd’hui à l’Assemblée nationale.

D’aucuns s’offusquent que ce texte, profitant d’une niche parlementaire, arrive dans l’hémicycle en pleine épidémie de Covid-19. N’y a-t-il pas plus urgent à discuter ? D’autres estiment qu’avec la nomination à Matignon de Jean Castex, qui ne cache en rien son accent, le sujet est nul et non avenu. D’ailleurs, avant l’ancien maire de Prades, n’y a-t-il pas eu Charles Pasqua, Gaston Deferre ou plus loin Paul Ramadier ? Une loi contre la discrimination à l’accent serait même contre-productive, pire que le mal, s’offusquent certains qui craignent que Nicolas Canteloup ou Laurent Gerra ne puissent librement imiter un Jean Lassalle ou un Eric Ciotti.

Las ! Ceux qui s’agacent de la proposition de loi sont évidemment les partisans d’un statu quo, adeptes de la politique de l’autruche. Car le texte n’empêchera ni les compliments, ni les plaisanteries et encore moins les caricatures. En revanche, il posera des limites et donnera des armes à ceux qui subissent les moqueries comme un véritable harcèlement ou sont empêchés d’accéder à certains emplois. En ce sens, cette proposition de loi rappelle exactement la loi du 6 juin 2000 sur la parité : avant son adoption, rien n’empêchait des femmes d’accéder à des mandats électoraux et à des fonctions électives… mais tout était fait pour leur faire barrage.

Pour faire changer les mentalités et faire progresser la société vers davantage d’égalité en droits, il faut parfois en passer par la loi, qui punit les abus et rappelle à tous les citoyens que, quelles que soient leurs origines ou leur accent, aucun n’est supérieur à l’autre, mais tous sont égaux aux yeux de la République.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 26 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio