Accéder au contenu principal

Les batailles du Président

 

Macron

En prenant à nouveau la parole pour une allocution solennelle devant les Français, Emmanuel Macron est monté au front hier avec un triple objectif : apporter de la clarté, de la cohérence, et fixer un cap pour les semaines et mois à venir. Autrement dit, trois choses qui ont semblé manquer à l’exécutif ces dernières semaines, secoué qu’il a été par des polémiques à répétition – sur les librairies ou Amazon en particulier – que le Premier ministre a rarement été en mesure de contrecarrer. En montant hier en première ligne pour esquisser les perspectives de ce deuxième confinement, Emmanuel Macron entendait donc reprendre la main et le contrôle de la situation avec une règle d’airain : ne surtout pas refaire les mêmes erreurs qu’il y a six mois. Pas question ainsi de prononcer le terme « déconfinement », propice à tous les relâchements dans les comportements qui nous mèneraient à une 3e vague redoutée – et même annoncée par l’OMS… Hier, il s’agissait d’alléger les mesures contraignantes, de desserrer l’étau très progressivement à quelques semaines des fêtes de Noël, quitte à susciter du ressentiment chez ceux – restaurateurs en tête – qui vont rester encore enferrés dans des contraintes sanitaires très éprouvantes.

Pour Emmanuel Macron, qui a voulu se montrer terre à terre et éloigné du lyrisme qu’il affectionne, la tâche est d’autant plus rude qu’il lui faut mener trois batailles.

La première, c’est évidemment celle de l’opinion, de l’adhésion des Français, gagnés par la lassitude. La sidération du premier confinement avait permis à l’exécutif de mettre en œuvre des mesures restrictives fortes, totalement inédites pour notre démocratie mais bien acceptées. Pour ce deuxième confinement, la donne a changé, les Français sont fatigués de cette épidémie qui va perturber les retrouvailles de Noël. L’acceptabilité des contraintes est donc capitale pour l’exécutif, faute de quoi la colère qui sourd va s’amplifier. L’unanimité du printemps, déjà fragile, n’existe plus. La contestation gagne du terrain, les oppositions n’hésitent plus à critiquer, les tribunes défendant des intérêts catégoriels se multiplient.

La deuxième bataille est bien sûr sanitaire : retrouver la maîtrise de la progression de l’épidémie en améliorant le traçage des cas Covid – un point faible – et se préparer à l’arrivée des vaccins. Ce défi sera d’autant plus difficile pour l’exécutif que la France est le pays où la défiance envers les vaccins est la plus importante. Ce qui aurait pu être la phase la plus réjouissante pour en finir avec l’épidémie s’annonce déjà comme un chemin semé d’embûches.

Enfin, la troisième bataille sera celle de la réponse à la crise économique. Perfusée par le plan de relance, l’économie française semble résister, mais les perspectives en termes de faillites font froid dans le dos.

Ces trois batailles sont d’autant plus importantes qu’elles vont constituer un marqueur fort de l’année 2021. Autant dire qu’à un an de la présidentielle, mieux vaut n’en perdre aucune. Hier, Emmanuel Macron a montré qu’il voulait se donner les moyens pour les remporter et inventer « un nouvel avenir français » qui sonne comme un futur programme…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 25 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio