Accéder au contenu principal

Les batailles du Président

 

Macron

En prenant à nouveau la parole pour une allocution solennelle devant les Français, Emmanuel Macron est monté au front hier avec un triple objectif : apporter de la clarté, de la cohérence, et fixer un cap pour les semaines et mois à venir. Autrement dit, trois choses qui ont semblé manquer à l’exécutif ces dernières semaines, secoué qu’il a été par des polémiques à répétition – sur les librairies ou Amazon en particulier – que le Premier ministre a rarement été en mesure de contrecarrer. En montant hier en première ligne pour esquisser les perspectives de ce deuxième confinement, Emmanuel Macron entendait donc reprendre la main et le contrôle de la situation avec une règle d’airain : ne surtout pas refaire les mêmes erreurs qu’il y a six mois. Pas question ainsi de prononcer le terme « déconfinement », propice à tous les relâchements dans les comportements qui nous mèneraient à une 3e vague redoutée – et même annoncée par l’OMS… Hier, il s’agissait d’alléger les mesures contraignantes, de desserrer l’étau très progressivement à quelques semaines des fêtes de Noël, quitte à susciter du ressentiment chez ceux – restaurateurs en tête – qui vont rester encore enferrés dans des contraintes sanitaires très éprouvantes.

Pour Emmanuel Macron, qui a voulu se montrer terre à terre et éloigné du lyrisme qu’il affectionne, la tâche est d’autant plus rude qu’il lui faut mener trois batailles.

La première, c’est évidemment celle de l’opinion, de l’adhésion des Français, gagnés par la lassitude. La sidération du premier confinement avait permis à l’exécutif de mettre en œuvre des mesures restrictives fortes, totalement inédites pour notre démocratie mais bien acceptées. Pour ce deuxième confinement, la donne a changé, les Français sont fatigués de cette épidémie qui va perturber les retrouvailles de Noël. L’acceptabilité des contraintes est donc capitale pour l’exécutif, faute de quoi la colère qui sourd va s’amplifier. L’unanimité du printemps, déjà fragile, n’existe plus. La contestation gagne du terrain, les oppositions n’hésitent plus à critiquer, les tribunes défendant des intérêts catégoriels se multiplient.

La deuxième bataille est bien sûr sanitaire : retrouver la maîtrise de la progression de l’épidémie en améliorant le traçage des cas Covid – un point faible – et se préparer à l’arrivée des vaccins. Ce défi sera d’autant plus difficile pour l’exécutif que la France est le pays où la défiance envers les vaccins est la plus importante. Ce qui aurait pu être la phase la plus réjouissante pour en finir avec l’épidémie s’annonce déjà comme un chemin semé d’embûches.

Enfin, la troisième bataille sera celle de la réponse à la crise économique. Perfusée par le plan de relance, l’économie française semble résister, mais les perspectives en termes de faillites font froid dans le dos.

Ces trois batailles sont d’autant plus importantes qu’elles vont constituer un marqueur fort de l’année 2021. Autant dire qu’à un an de la présidentielle, mieux vaut n’en perdre aucune. Hier, Emmanuel Macron a montré qu’il voulait se donner les moyens pour les remporter et inventer « un nouvel avenir français » qui sonne comme un futur programme…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 25 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan