Accéder au contenu principal

Un combat pour la liberté

 

mali
Photo Pierre Challier*

Nos valeurs républicaines, la liberté d’expression et de pensée face aux dogmes religieux et à tous les obscurantismes, notre façon de vivre, de nous divertir : voilà tout ce que détestent les terroristes qui ciblent la France et l’Europe, et voilà tout ce que nous défendons sans rien céder. Si ce combat contre le terrorisme islamiste s’exprime partout en France, il doit aussi être mené hors de nos frontières, au loin, là où sont conçus les attentats et entraînés ceux qui veulent les perpétrer sur notre sol.

Depuis 2013, dans cette immense zone sahélo-saharienne, nos soldats tentent d’éradiquer le poison jihadiste qui infuse dans des populations souvent désespérées et qui impulse là-bas les attentats qui se commettent ici, en France comme en Europe. Ce combat-là pour briser les cellules jihadistes d’Al Qaïda, de BokoHaram ou d’autres entités franchises de Daech qui constituent les bases arrière des terroristes est un combat de longue haleine, un combat dangereux. La mission de ces militaires parfois très jeunes s’exerce au péril de leur vie, et, depuis sept ans, quelque cinquante soldats, dont certains issus des régiments d’Occitanie, sont morts en opération au Mali et au Sahel.

Tchad, Liban Balkans, Irak, Syrie, Centrafrique, Sahel, etc. : les théâtres d’opérations extérieures (Opex) ont été nombreux – 106 opérations menées à l’extérieur des frontières nationales depuis 1995 – et meurtriers. Depuis 1963 on compte 765 militaires tués dans ces Opex. Dès lors, au-delà de toute polémique sur des "ingérences" que croient déceler certains dans ces opérations, il est démocratiquement légitime de s’interroger sur leur pertinence, leur efficacité, leur coût financier et humain, leur sens.

Si 5 100 militaires sont positionnés aujourd’hui sur la bande sahélo-saharienne, c’est d’abord pour aider les Etats amis qui la composent à faire face aux menaces déstabilisatrices des groupes terroristes islamistes ; et c’est dans un cadre international, sous mandat de l’ONU, que Barkhane opère, protégeant les populations locales des attentats et empêchant ceux qui les commettent d’en préparer ailleurs en Europe. Notre sécurité dépend donc aussi de la stabilité de ces régions. Si la France est en première ligne, c’est parce qu’elle a l’expérience des conflits asymétriques mais aussi parce qu’elle est le seul pays d’Europe à pouvoir agir au nom de l’Union, faute d’avoir une réelle défense européenne, et à porter les valeurs européennes.

Alors que les forces françaises ont "neutralisé" plus de 50 jihadistes dans le centre du Mali lors d’une vaste opération, la ministre de la Défense Florece Parly a assuré que la France n’avait pas vocation à rester éternellement dans la région. Mais quand partir sans risquer la déstabilisation de la région alors que la menace est toujours là ? Personne pour l’heure n’a la réponse et en attendant, le combat continue. Un combat pour la liberté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 6 novembre 2020)

* Le reportage de Pierre Challier à lire sur La Dépêche

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Le virus et la vérité

  Il y a un an, le monde découvrait la ville de Wuhan, foyer d’un virus inconnu et bientôt épicentre d’une épidémie mondiale qui s’est répandue comme une traînée de poudre en quelques semaines. En dépit des nombreuses alertes qui avaient eu lieu ces dernières années de la part de spécialistes des épidémies, d’infectiologues réputés ou de services de renseignements qui, tous, appelaient à se préparer à de telles pandémies, beaucoup voulaient croire que ce nouveau coronavirus, 18 ans après celui du SRAS, resterait cantonné à la Chine. "Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée", assurait même notre ministre de la Santé Agnès Buzyn le 24 janvier… On connaît la suite, l’expansion redoutable du coronavirus SARS-CoV-2 qui a fait aujourd’hui 1,5 million de morts et contaminé 65 millions de personnes dans le monde. Un virus contre lequel tous les pays sont entrés en "guerre" pour reprendre l’expr