Accéder au contenu principal

Un combat pour la liberté

 

mali
Photo Pierre Challier*

Nos valeurs républicaines, la liberté d’expression et de pensée face aux dogmes religieux et à tous les obscurantismes, notre façon de vivre, de nous divertir : voilà tout ce que détestent les terroristes qui ciblent la France et l’Europe, et voilà tout ce que nous défendons sans rien céder. Si ce combat contre le terrorisme islamiste s’exprime partout en France, il doit aussi être mené hors de nos frontières, au loin, là où sont conçus les attentats et entraînés ceux qui veulent les perpétrer sur notre sol.

Depuis 2013, dans cette immense zone sahélo-saharienne, nos soldats tentent d’éradiquer le poison jihadiste qui infuse dans des populations souvent désespérées et qui impulse là-bas les attentats qui se commettent ici, en France comme en Europe. Ce combat-là pour briser les cellules jihadistes d’Al Qaïda, de BokoHaram ou d’autres entités franchises de Daech qui constituent les bases arrière des terroristes est un combat de longue haleine, un combat dangereux. La mission de ces militaires parfois très jeunes s’exerce au péril de leur vie, et, depuis sept ans, quelque cinquante soldats, dont certains issus des régiments d’Occitanie, sont morts en opération au Mali et au Sahel.

Tchad, Liban Balkans, Irak, Syrie, Centrafrique, Sahel, etc. : les théâtres d’opérations extérieures (Opex) ont été nombreux – 106 opérations menées à l’extérieur des frontières nationales depuis 1995 – et meurtriers. Depuis 1963 on compte 765 militaires tués dans ces Opex. Dès lors, au-delà de toute polémique sur des "ingérences" que croient déceler certains dans ces opérations, il est démocratiquement légitime de s’interroger sur leur pertinence, leur efficacité, leur coût financier et humain, leur sens.

Si 5 100 militaires sont positionnés aujourd’hui sur la bande sahélo-saharienne, c’est d’abord pour aider les Etats amis qui la composent à faire face aux menaces déstabilisatrices des groupes terroristes islamistes ; et c’est dans un cadre international, sous mandat de l’ONU, que Barkhane opère, protégeant les populations locales des attentats et empêchant ceux qui les commettent d’en préparer ailleurs en Europe. Notre sécurité dépend donc aussi de la stabilité de ces régions. Si la France est en première ligne, c’est parce qu’elle a l’expérience des conflits asymétriques mais aussi parce qu’elle est le seul pays d’Europe à pouvoir agir au nom de l’Union, faute d’avoir une réelle défense européenne, et à porter les valeurs européennes.

Alors que les forces françaises ont "neutralisé" plus de 50 jihadistes dans le centre du Mali lors d’une vaste opération, la ministre de la Défense Florece Parly a assuré que la France n’avait pas vocation à rester éternellement dans la région. Mais quand partir sans risquer la déstabilisation de la région alors que la menace est toujours là ? Personne pour l’heure n’a la réponse et en attendant, le combat continue. Un combat pour la liberté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 6 novembre 2020)

* Le reportage de Pierre Challier à lire sur La Dépêche

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit