Accéder au contenu principal

Un combat pour la liberté

 

mali
Photo Pierre Challier*

Nos valeurs républicaines, la liberté d’expression et de pensée face aux dogmes religieux et à tous les obscurantismes, notre façon de vivre, de nous divertir : voilà tout ce que détestent les terroristes qui ciblent la France et l’Europe, et voilà tout ce que nous défendons sans rien céder. Si ce combat contre le terrorisme islamiste s’exprime partout en France, il doit aussi être mené hors de nos frontières, au loin, là où sont conçus les attentats et entraînés ceux qui veulent les perpétrer sur notre sol.

Depuis 2013, dans cette immense zone sahélo-saharienne, nos soldats tentent d’éradiquer le poison jihadiste qui infuse dans des populations souvent désespérées et qui impulse là-bas les attentats qui se commettent ici, en France comme en Europe. Ce combat-là pour briser les cellules jihadistes d’Al Qaïda, de BokoHaram ou d’autres entités franchises de Daech qui constituent les bases arrière des terroristes est un combat de longue haleine, un combat dangereux. La mission de ces militaires parfois très jeunes s’exerce au péril de leur vie, et, depuis sept ans, quelque cinquante soldats, dont certains issus des régiments d’Occitanie, sont morts en opération au Mali et au Sahel.

Tchad, Liban Balkans, Irak, Syrie, Centrafrique, Sahel, etc. : les théâtres d’opérations extérieures (Opex) ont été nombreux – 106 opérations menées à l’extérieur des frontières nationales depuis 1995 – et meurtriers. Depuis 1963 on compte 765 militaires tués dans ces Opex. Dès lors, au-delà de toute polémique sur des "ingérences" que croient déceler certains dans ces opérations, il est démocratiquement légitime de s’interroger sur leur pertinence, leur efficacité, leur coût financier et humain, leur sens.

Si 5 100 militaires sont positionnés aujourd’hui sur la bande sahélo-saharienne, c’est d’abord pour aider les Etats amis qui la composent à faire face aux menaces déstabilisatrices des groupes terroristes islamistes ; et c’est dans un cadre international, sous mandat de l’ONU, que Barkhane opère, protégeant les populations locales des attentats et empêchant ceux qui les commettent d’en préparer ailleurs en Europe. Notre sécurité dépend donc aussi de la stabilité de ces régions. Si la France est en première ligne, c’est parce qu’elle a l’expérience des conflits asymétriques mais aussi parce qu’elle est le seul pays d’Europe à pouvoir agir au nom de l’Union, faute d’avoir une réelle défense européenne, et à porter les valeurs européennes.

Alors que les forces françaises ont "neutralisé" plus de 50 jihadistes dans le centre du Mali lors d’une vaste opération, la ministre de la Défense Florece Parly a assuré que la France n’avait pas vocation à rester éternellement dans la région. Mais quand partir sans risquer la déstabilisation de la région alors que la menace est toujours là ? Personne pour l’heure n’a la réponse et en attendant, le combat continue. Un combat pour la liberté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 6 novembre 2020)

* Le reportage de Pierre Challier à lire sur La Dépêche

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan