Accéder au contenu principal

Menace sur la démocratie


Trump

« Ne sous-estimez jamais un homme qui se surestime », disait Roosevelt. Au vu des résultats – partiels – de l’élection présidentielle américaine qui s’est déroulée mardi et qui est loin d’être terminée, on mesure combien le lointain prédécesseur de l’imprévisible Donald Trump avait raison. Car le scénario qui est en train de s’écrire pour les Etats-Unis est le pire de ceux qui avaient été imaginés : un chaos électoral qui pourrait menacer la démocratie elle-même.

En premier lieu, il convient de remarquer la robustesse de Donald Trump, le Président sortant ayant déjoué tous les pronostics. Joe Biden devait devancer de 9 points son rival selon les instituts de sondage ? Les scores entre les deux candidats sont beaucoup plus resserrés que prévu et les sondeurs se retrouvent dans la même délicate position qu’en 2016, quand ils donnaient Hillary Clinton largement gagnante. Les Etats-clés – les fameux swing states – devaient revenir pour l’essentiel dans le camp démocrate ? Rien n’est moins sûr et l’emblématique Floride reste acquise à Trump. Le vote des latinos devait mécaniquement aller vers Joe Biden ? Il s’est réparti de façon beaucoup plus nuancée entre les deux candidats. La crise sanitaire du Covid-19 très mal gérée par Donald Trump devait logiquement l’affaiblir ? L’économie semble être restée un facteur majeur dans le choix des électeurs.

Si l’on ne connaît pas encore le résultat définitif de l’élection, on peut d’ores et déjà en tirer des enseignements : l’irruption de Trump à la Maison Blanche en 2016 n’était pas un accident de l’Histoire et le mouvement politique populiste, ultraconservateur, d’extrême droite pour certains, qu’il a bâti autour de sa personne en phagocytant le parti républicain, s’est durablement installé dans le paysage politique au prix d’une polarisation jamais vue de l’opinion et d’une division durable du pays.

Une division qui devrait perdurer dans les jours qui viennent. Alors même que les dépouillements n’étaient pas terminés dans plusieurs Etats, Donald Trump a pris la parole pour revendiquer la victoire et considérer que tous les votes qui arriveraient après le 3 novembre seraient nuls et non avenus. « Ils essaient de nous voler l’élection. Jamais nous ne les laisserons faire », a martelé le président, qualifiant le scrutin de « honte » et dénonçant sans aucune preuve de prétendues « fraudes » ourdies par les démocrates sur les votes par correspondance. Et Donald Trump d’annoncer qu’il demanderait à la Cour suprême – désormais très conservatrice – d’arrêter le décompte des voix qui ne l’ont pas encore été…

En faisant cela, Donald Trump rappelle à l’Amérique l’humiliant épisode du recomptage de l’élection présidentielle de 2000 qui opposait George W. Bush à Al Gore et que la Cour suprême avait dû arbitrer. Mais surtout, en s’opposant de façon aussi spectaculaire à un processus électoral en cours, il jette le discrédit sur ce qui fonde toute démocratie, et particulièrement celle des Etats-Unis : le caractère sacré de l’élection. Ne pouvant concevoir une défaite qui est pourtant bien possible face à Joe Biden, Donald Trump est prêt – et ses partisans chauffés à blanc avec lui – à opérer comme un coup d’Etat institutionnel.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 5 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio