Accéder au contenu principal

Menace sur la démocratie


Trump

« Ne sous-estimez jamais un homme qui se surestime », disait Roosevelt. Au vu des résultats – partiels – de l’élection présidentielle américaine qui s’est déroulée mardi et qui est loin d’être terminée, on mesure combien le lointain prédécesseur de l’imprévisible Donald Trump avait raison. Car le scénario qui est en train de s’écrire pour les Etats-Unis est le pire de ceux qui avaient été imaginés : un chaos électoral qui pourrait menacer la démocratie elle-même.

En premier lieu, il convient de remarquer la robustesse de Donald Trump, le Président sortant ayant déjoué tous les pronostics. Joe Biden devait devancer de 9 points son rival selon les instituts de sondage ? Les scores entre les deux candidats sont beaucoup plus resserrés que prévu et les sondeurs se retrouvent dans la même délicate position qu’en 2016, quand ils donnaient Hillary Clinton largement gagnante. Les Etats-clés – les fameux swing states – devaient revenir pour l’essentiel dans le camp démocrate ? Rien n’est moins sûr et l’emblématique Floride reste acquise à Trump. Le vote des latinos devait mécaniquement aller vers Joe Biden ? Il s’est réparti de façon beaucoup plus nuancée entre les deux candidats. La crise sanitaire du Covid-19 très mal gérée par Donald Trump devait logiquement l’affaiblir ? L’économie semble être restée un facteur majeur dans le choix des électeurs.

Si l’on ne connaît pas encore le résultat définitif de l’élection, on peut d’ores et déjà en tirer des enseignements : l’irruption de Trump à la Maison Blanche en 2016 n’était pas un accident de l’Histoire et le mouvement politique populiste, ultraconservateur, d’extrême droite pour certains, qu’il a bâti autour de sa personne en phagocytant le parti républicain, s’est durablement installé dans le paysage politique au prix d’une polarisation jamais vue de l’opinion et d’une division durable du pays.

Une division qui devrait perdurer dans les jours qui viennent. Alors même que les dépouillements n’étaient pas terminés dans plusieurs Etats, Donald Trump a pris la parole pour revendiquer la victoire et considérer que tous les votes qui arriveraient après le 3 novembre seraient nuls et non avenus. « Ils essaient de nous voler l’élection. Jamais nous ne les laisserons faire », a martelé le président, qualifiant le scrutin de « honte » et dénonçant sans aucune preuve de prétendues « fraudes » ourdies par les démocrates sur les votes par correspondance. Et Donald Trump d’annoncer qu’il demanderait à la Cour suprême – désormais très conservatrice – d’arrêter le décompte des voix qui ne l’ont pas encore été…

En faisant cela, Donald Trump rappelle à l’Amérique l’humiliant épisode du recomptage de l’élection présidentielle de 2000 qui opposait George W. Bush à Al Gore et que la Cour suprême avait dû arbitrer. Mais surtout, en s’opposant de façon aussi spectaculaire à un processus électoral en cours, il jette le discrédit sur ce qui fonde toute démocratie, et particulièrement celle des Etats-Unis : le caractère sacré de l’élection. Ne pouvant concevoir une défaite qui est pourtant bien possible face à Joe Biden, Donald Trump est prêt – et ses partisans chauffés à blanc avec lui – à opérer comme un coup d’Etat institutionnel.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 5 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Le virus et la vérité

  Il y a un an, le monde découvrait la ville de Wuhan, foyer d’un virus inconnu et bientôt épicentre d’une épidémie mondiale qui s’est répandue comme une traînée de poudre en quelques semaines. En dépit des nombreuses alertes qui avaient eu lieu ces dernières années de la part de spécialistes des épidémies, d’infectiologues réputés ou de services de renseignements qui, tous, appelaient à se préparer à de telles pandémies, beaucoup voulaient croire que ce nouveau coronavirus, 18 ans après celui du SRAS, resterait cantonné à la Chine. "Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée", assurait même notre ministre de la Santé Agnès Buzyn le 24 janvier… On connaît la suite, l’expansion redoutable du coronavirus SARS-CoV-2 qui a fait aujourd’hui 1,5 million de morts et contaminé 65 millions de personnes dans le monde. Un virus contre lequel tous les pays sont entrés en "guerre" pour reprendre l’expr