Accéder au contenu principal

Le président normal

 

biden

« Make America normal again. » Rendre l’Amérique normale à nouveau. Tel était le slogan affiché durant la campagne sur les casquettes et les pancartes des partisans de Joe Biden, parodiant là le slogan de 2016 de Donald Trump, « Make America great again ». Une Amérique normale, c’est bien l’ambition que porte Joe Biden, désormais élu 46e président des Etats-Unis, au terme d’un incroyable sprint final qui a donné des sueurs froides au camp démocrate. Une Amérique normale avec un président normal, pourrions-nous ajouter. Car après quatre années de présidence Trump, de bruit et de fureur, de tweets rageurs en majuscules et de décisions politiques erratiques rythmées par les insultes, les fake news et les revirements, l’Amérique va retrouver avec Joe Biden un fonctionnement plus conforme à ce qu’on attend d’elle : le respect de l’Etat de droit, d’abord, et des règles démocratiques posées il y a presque deux siècles et demi par les pères fondateurs des Etats-Unis, le respect des adversaires qui ne sauraient être des ennemis, le respect des partenaires dans le monde et aussi, disons-le, le respect des faits qui ne seront plus « alternatifs » comme les inventait Trump.

La tâche – menée avec Kamala Harris, qui entre dans l’Histoire comme première femme vice-présidente – est aussi simple à écrire que complexe à réaliser car Joe Biden hérite d’un pays plus divisé que jamais, où républicains et démocrates ne semblent d’accord sur rien. Surtout, Joe Biden va devoir composer avec un Sénat à la main des républicains qui pourraient être revanchards et tentés par l’obstruction. Les nominations de ses ministres, la mise en œuvre de son programme minutieusement concocté avec l’aile gauche du parti démocrate seront difficiles et parfois impossibles à mener à terme. Fort de sa très longue expérience de sénateur et de sa connaissance des arcanes de Washington, Joe Biden cherchera le consensus, le rassemblement, comme il l’a déjà promis hier soir – « Je serai le président de tous les Américains » – devenant un président de transition.Le temps d’un unique mandat, peut-être ; le temps de panser un pays déchiré.

Mais après quatre ans de trumpisme, il serait vain de croire, particulièrement pour les Européens dont la majorité affichait une préférence pour Biden, que nous retrouverions l’Amérique amie et protectrice d’Obama et qu’une nouvelle ère s’ouvrirait entre partenaires, d’égal à égal. Le pays a trop changé, et si les Etats-Unis reviendront dans les instances internationales désertées par Trump, ils auront comme toujours leur propre agenda, notamment face à la Chine ; un agenda où le projet d’« autonomie stratégique » de l’Europe pèse peu. Biden défendra bel et bien les intérêts des Etats-Unis. Pendant la campagne, il avait livré sa vision de la politique étrangère dans un article intitulé : « Pourquoi l’Amérique doit diriger à nouveau »…  Les Européens – s’ils sont soulagés de voir Biden ouvrir une nouvelle ère – ne doivent pas l’oublier et rester lucides.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 8 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur nivea

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes. Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit