Accéder au contenu principal

Le président normal

 

biden

« Make America normal again. » Rendre l’Amérique normale à nouveau. Tel était le slogan affiché durant la campagne sur les casquettes et les pancartes des partisans de Joe Biden, parodiant là le slogan de 2016 de Donald Trump, « Make America great again ». Une Amérique normale, c’est bien l’ambition que porte Joe Biden, désormais élu 46e président des Etats-Unis, au terme d’un incroyable sprint final qui a donné des sueurs froides au camp démocrate. Une Amérique normale avec un président normal, pourrions-nous ajouter. Car après quatre années de présidence Trump, de bruit et de fureur, de tweets rageurs en majuscules et de décisions politiques erratiques rythmées par les insultes, les fake news et les revirements, l’Amérique va retrouver avec Joe Biden un fonctionnement plus conforme à ce qu’on attend d’elle : le respect de l’Etat de droit, d’abord, et des règles démocratiques posées il y a presque deux siècles et demi par les pères fondateurs des Etats-Unis, le respect des adversaires qui ne sauraient être des ennemis, le respect des partenaires dans le monde et aussi, disons-le, le respect des faits qui ne seront plus « alternatifs » comme les inventait Trump.

La tâche – menée avec Kamala Harris, qui entre dans l’Histoire comme première femme vice-présidente – est aussi simple à écrire que complexe à réaliser car Joe Biden hérite d’un pays plus divisé que jamais, où républicains et démocrates ne semblent d’accord sur rien. Surtout, Joe Biden va devoir composer avec un Sénat à la main des républicains qui pourraient être revanchards et tentés par l’obstruction. Les nominations de ses ministres, la mise en œuvre de son programme minutieusement concocté avec l’aile gauche du parti démocrate seront difficiles et parfois impossibles à mener à terme. Fort de sa très longue expérience de sénateur et de sa connaissance des arcanes de Washington, Joe Biden cherchera le consensus, le rassemblement, comme il l’a déjà promis hier soir – « Je serai le président de tous les Américains » – devenant un président de transition.Le temps d’un unique mandat, peut-être ; le temps de panser un pays déchiré.

Mais après quatre ans de trumpisme, il serait vain de croire, particulièrement pour les Européens dont la majorité affichait une préférence pour Biden, que nous retrouverions l’Amérique amie et protectrice d’Obama et qu’une nouvelle ère s’ouvrirait entre partenaires, d’égal à égal. Le pays a trop changé, et si les Etats-Unis reviendront dans les instances internationales désertées par Trump, ils auront comme toujours leur propre agenda, notamment face à la Chine ; un agenda où le projet d’« autonomie stratégique » de l’Europe pèse peu. Biden défendra bel et bien les intérêts des Etats-Unis. Pendant la campagne, il avait livré sa vision de la politique étrangère dans un article intitulé : « Pourquoi l’Amérique doit diriger à nouveau »…  Les Européens – s’ils sont soulagés de voir Biden ouvrir une nouvelle ère – ne doivent pas l’oublier et rester lucides.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 8 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Le virus et la vérité

  Il y a un an, le monde découvrait la ville de Wuhan, foyer d’un virus inconnu et bientôt épicentre d’une épidémie mondiale qui s’est répandue comme une traînée de poudre en quelques semaines. En dépit des nombreuses alertes qui avaient eu lieu ces dernières années de la part de spécialistes des épidémies, d’infectiologues réputés ou de services de renseignements qui, tous, appelaient à se préparer à de telles pandémies, beaucoup voulaient croire que ce nouveau coronavirus, 18 ans après celui du SRAS, resterait cantonné à la Chine. "Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée", assurait même notre ministre de la Santé Agnès Buzyn le 24 janvier… On connaît la suite, l’expansion redoutable du coronavirus SARS-CoV-2 qui a fait aujourd’hui 1,5 million de morts et contaminé 65 millions de personnes dans le monde. Un virus contre lequel tous les pays sont entrés en "guerre" pour reprendre l’expr