Accéder au contenu principal

Le président normal

 

biden

« Make America normal again. » Rendre l’Amérique normale à nouveau. Tel était le slogan affiché durant la campagne sur les casquettes et les pancartes des partisans de Joe Biden, parodiant là le slogan de 2016 de Donald Trump, « Make America great again ». Une Amérique normale, c’est bien l’ambition que porte Joe Biden, désormais élu 46e président des Etats-Unis, au terme d’un incroyable sprint final qui a donné des sueurs froides au camp démocrate. Une Amérique normale avec un président normal, pourrions-nous ajouter. Car après quatre années de présidence Trump, de bruit et de fureur, de tweets rageurs en majuscules et de décisions politiques erratiques rythmées par les insultes, les fake news et les revirements, l’Amérique va retrouver avec Joe Biden un fonctionnement plus conforme à ce qu’on attend d’elle : le respect de l’Etat de droit, d’abord, et des règles démocratiques posées il y a presque deux siècles et demi par les pères fondateurs des Etats-Unis, le respect des adversaires qui ne sauraient être des ennemis, le respect des partenaires dans le monde et aussi, disons-le, le respect des faits qui ne seront plus « alternatifs » comme les inventait Trump.

La tâche – menée avec Kamala Harris, qui entre dans l’Histoire comme première femme vice-présidente – est aussi simple à écrire que complexe à réaliser car Joe Biden hérite d’un pays plus divisé que jamais, où républicains et démocrates ne semblent d’accord sur rien. Surtout, Joe Biden va devoir composer avec un Sénat à la main des républicains qui pourraient être revanchards et tentés par l’obstruction. Les nominations de ses ministres, la mise en œuvre de son programme minutieusement concocté avec l’aile gauche du parti démocrate seront difficiles et parfois impossibles à mener à terme. Fort de sa très longue expérience de sénateur et de sa connaissance des arcanes de Washington, Joe Biden cherchera le consensus, le rassemblement, comme il l’a déjà promis hier soir – « Je serai le président de tous les Américains » – devenant un président de transition.Le temps d’un unique mandat, peut-être ; le temps de panser un pays déchiré.

Mais après quatre ans de trumpisme, il serait vain de croire, particulièrement pour les Européens dont la majorité affichait une préférence pour Biden, que nous retrouverions l’Amérique amie et protectrice d’Obama et qu’une nouvelle ère s’ouvrirait entre partenaires, d’égal à égal. Le pays a trop changé, et si les Etats-Unis reviendront dans les instances internationales désertées par Trump, ils auront comme toujours leur propre agenda, notamment face à la Chine ; un agenda où le projet d’« autonomie stratégique » de l’Europe pèse peu. Biden défendra bel et bien les intérêts des Etats-Unis. Pendant la campagne, il avait livré sa vision de la politique étrangère dans un article intitulé : « Pourquoi l’Amérique doit diriger à nouveau »…  Les Européens – s’ils sont soulagés de voir Biden ouvrir une nouvelle ère – ne doivent pas l’oublier et rester lucides.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 8 novembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon