Accéder au contenu principal

Vitesse et précipitation

cathedrale
Photo GodefroyParis  


La pollution au plomb consécutive à l'incendie de Notre-Dame-de Paris le 15 avril dernier est-elle l'illustration que l'on a confondu vitesse et précipitation pour le chantier de réhabilitation au détriment de la santé des Parisiens et des ouvriers ? La question peut se poser et c'est ce que redoutent nombre d'habitants qui s'inquiètent des taux de plomb découverts dans les quartiers voisins de la cathédrale.

On se souvient qu'Emmanuel Macron avait pris l'engagement de reconstruire Notre-Dame en cinq ans. Le gouvernement a ensuite fait voter un projet de loi permettant de s'affranchir des règles habituelles pour les accélérer, au grand dam de plusieurs spécialistes. Évoqué dès le soir de l'incendie, le risque de pollution au plomb – près de 400 tonnes parties dans les flammes – a-t-il dès lors été minimisé, notamment pour ne pas ralentir le chantier de restauration ? On n'en est pas encore là, mais force est de constater que des révélations de presse, la mobilisation d'associations, l'alerte de certains scientifiques et in fine des mesures précises ont conduit la préfecture à arrêter le chantier et les autorités, dont la mairie, à s'engager dans une dépollution minutieuse, notamment d'écoles alentour.

Cette affaire rappelle combien un processus de dépollution est quelque chose de complexe, qui soulève des difficultés politiques, sanitaires et industrielles.

Politiques, on le voit. La réhabilitation de grandes friches emblématiques s'inscrit souvent pour les élus dans d'importants projets urbains qu'une dépollution peut parfois retarder de plusieurs années. Prévenir les pollutions futures, mettre en sécurité les sites nouvellement découverts, surveiller et maîtriser les impacts, traiter en fonction de l'usage, puis garder la mémoire de ces pollutions : autant d'étapes qui prennent forcément du temps.

Difficultés industrielles ensuite car la réhabilitation de friches longtemps laissées à l'abandon ou la reconversion de bâtiments s'avèrent souvent complexes à réaliser et posent, parfois, la question de savoir qui va payer ces indispensables travaux. La législation ces dernières années a heureusement évolué. La jurisprudence a ainsi considérablement renforcé la prise en compte des règles environnementales, notamment lors de ventes immobilières. Si autrefois le propriétaire ou l'acquéreur d'un site pollué n'était guère inquiété pour la remise en état des lieux, la loi Alur de 2014 a instauré une hiérarchie des responsables de la pollution des sols, reprise depuis dans le Code de l'environnement. Ce qui n'empêche pas les situations périlleuses lorsque, par exemple, des filiales de groupes étrangers disparaissent du jour au lendemain…

Enfin et surtout, la dépollution est une exigence de santé publique, particulièrement lorsque le voisinage est exposé à des produits toxiques. On le voit aujourd'hui à Paris avec cette pollution au plomb ; on le voit aussi dans l'Aude avec la pollution à l'arsenic de la vallée de l'Orbiel. Il convient dès lors aux autorités de santé d'agir en fonction des connaissances scientifiques et médicales mais aussi avec le souci constant de donner une information transparente et fiable au public, en résistant à la pression de vouloir réhabiliter à vitesse grand V.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 7 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…