Accéder au contenu principal

Eldorado

mining


L'affaire de l'or d'Andorre – si l'on peut l'appeler ainsi – que nous révélons aujourd'hui inspirera-t-elle un jour un film ? En tout cas, cette histoire de filouterie savamment mise en œuvre entre sud-ouest et Andorre pendant des mois par un petit groupe recèle tous les ressorts pour bâtir un excellent scénario sur cette inextinguible soif de l'or qui habite les hommes depuis l'Antiquité. « Le feu éprouve l'or, et l'or éprouve l'homme », avait déjà écrit le philosophe grec Chilon de Sparte.

À l'heure du trading à haute fréquence, des cyber-arnaques et des crypto-monnaies, certains préfèrent, d'évidence, trouver leur eldorado en restant dans le classique d'une ruée vers l'or sonnante et trébuchante, matinée de quelques tours de passe-passe.

Une ruée compliquée à mettre en œuvre, qui joue sur le temps long, mais qui est, évidemment, toujours lucrative puisque l'or reste au fil des époques la valeur refuge des temps de crise. Boudé par les investisseurs dans les années 80, il est revenu en grâce depuis la crise de 2008. Et depuis une année, le cours de l'or n'a cessé de grimper : +35 % en un an ! L'once d'or a ainsi atteint son plus haut niveau depuis 2013 en dépassant la barre des 1 500 dollars. De quoi aiguiser les appétits légaux – comme le projet de la Montagne d'or en Guyane, désormais retoqué par le gouvernement – ou illégaux…

Mais l'arnaque de l'or d'Andorre, qui fait découvrir à la plupart d'entre nous les « orpailleurs de sablière », met en lumière un niveau de contrôle – de la part de l'Etat comme des industriels – visiblement insuffisant pour s'assurer de la parfaite légalité de ces activités. La justice devra en déterminer les tenants et aboutissants et l'Etat en tirer réflexion pour mieux sécuriser et encadrer l'orpaillage.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 30 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …