Accéder au contenu principal

Espoir

cancer


Pour faire progresser une cause, faire connaître une injustice, porter un combat légitime, il est souvent nécessaire qu'il y ait une incarnation, une figure, un homme ou une femme qui personnifie le sujet qu'il porte au nom de tous les siens. José Bové et la malbouffe, Asia Argento et les violences sexuelles faites aux femmes après l'affaire Weinstein, Jean-Luc Roméro et le droit de mourir dans la dignité, Christiane Taubira et le mariage pour tous, Robert Badinter et l'abolition de la peine de mort. Il est peut-être présomptueux – car le sujet touche là au plus intime de la nature humaine – de mettre dans cette liste Bernard Tapie, mais le choix de l'ancien homme d'affaires de médiatiser son cancer permet de lever un peu plus la chappe de plomb qui, longtemps, a oppressé – et parfois oppresse encore – les malades et leurs familles.

Quoi que l'on pense du personnage – ses excès, ses coups de gueule, son bagout, ses outrances ses arrangements avec la vérité – nul ne peut nier le courage et la détermination dont fait preuve depuis plusieurs mois Bernard Tapie pour venir à bout de son cancer. Dès le départ, l'ex-patron de l'OM n'a pas cherché à dissimuler son état, assumant crânement les cheveux blancs, la voix qui se casse, la fatigue lancinante, le teint terne. Tapie le battant n'envisageait pas de ne pas se battre. Et, partant, en toisant sa maladie, c'est un message qu'il envoyait à la société comme aux malades. Face au cancer, ne pas laisser tomber, ne pas battre en retraite, ne pas se cacher, ne pas susciter pitié mais revendiquer pleinement le statut de citoyen, c'est-à-dire d'homme dans la cité en pleine possession de ses moyens intellectuels. Ce que réclament aussi les associations qui accompagnent au jour le jour les malades et leurs familles et qui demandent à la société d'ouvrir les yeux sur la réalité des malades.

Le second message que l'histoire de Bernard Tapie nous transmet, c'est que l'on peut avoir foi en la science. À l'Oncopole de Toulouse comme à l'ICM de Montpellier, à Marseille ou à Paris, dans des laboratoires français, européens ou américains, la recherche avance. Pour qui est frappé d'un cancer ou dont un membre de la famille est affecté, cela ne va sans doute pas assez vite, mais les progrès sont considérables, de nouvelles pistes de recherche sont explorées, l'intelligence artificielle ouvre de nouvelles voies. Toutes sont porteuses de l'espoir de la guérison.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 22

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m