Accéder au contenu principal

Urgence

« Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur de ce monde », disait Albert Camus. La formule s'applique parfaitement – hélas ! – aux féminicides. C'est-à-dire « le meurtre de femmes commis par des hommes parce que sont des femmes », selon la définition qu'en avait donnée la sociologue américaine Diana E. H. Russell en 1976. Un terme qui n'est entré dans notre dictionnaire Robert qu'en 2015 et qui reste absent du Larousse ; c'est dire combien la société avance lentement sur ces questions et peine à bien nommer les choses.

Car jusqu'à présent, ces meurtres étaient enrobés dans des expressions qui en amoindrissaient la portée et l'horreur en mettant en avant un aspect pseudo-romantique : crime passionnel, drame de la jalousie amoureuse ou de la séparation… Autant dire qu'en 2019, alors que la parole des femmes sur les violences sexuelles s'est libérée avec le mouvement #MeToo consécutif à l'affaire Weinstein, ces termes, qui remontent à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle, n'ont plus leur place. Notre société doit sortir du déni, et au premier rang la magistrature. À cet égard, il est heureux de voir que la procureure d'Auch, Charlotte Beluet, a utilisé l'expression « féminicide suivi d'un suicide » pour relater ce mois-ci dans le Gers le meurtre d'une femme par son époux, quand certains de ces collègues évoquent encore des « pistes passionnelles » – alors même que le crime passionnel n'existe plus dans le Code pénal depuis 1975.

Si se mettre d'accord sur les mots est important, c'est parce qu'il y a urgence à traiter les maux. Car les féminicides dépassent le cadre des faits divers et constituent un fait social majeur. En France, plus d'une centaine de femmes sont tuées par leur compagnon. Dans certains cas, des proches ou les femmes elles-mêmes ont donné l'alerte pour décrire des situations de danger. En vain ! Les outils existent – bracelets électroniques, ordonnances de protection, portables, foyers d'accueils – mais restent méconnus, insuffisants ou mal utilisés par des magistrats ou des policiers insuffisamment formés.

Il n'y a pourtant pas de fatalité. L'Espagne a mis en place depuis une dizaine d'années une vaste politique volontariste qui a fait baisser d'un tiers le nombre de féminicides. « Vous êtes nos amies, nos mères, nos sœurs, nos filles. La violence qui vous a coûté la vie nous écœure, nous révolte », écrivait récemment Emmanuel Macron en évoquant toutes celles qui ont perdu la vie. Le Grenelle des violences conjugales qui s'ouvre dans quelques jours doit permettre une remise à plat, initier de nouvelles mesures et acter la mobilisation totale de la société pour s'attaquer à ce fléau. Il y a urgence.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 27 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan