Accéder au contenu principal

Des idées et des hommes

les républicains


Une élection présidentielle réputée imperdable et finalement perdue dans les affres d'une affaire Fillon qui a décrédibilisé l'ensemble du parti ; des lignes politiques divergentes pour ne pas dire irréconciliables qui ont conduit au départ de nombreux ténors soit vers Emmanuel Macron comme supplétifs d'En Marche, soit vers des ambitions plus solitaires ; des affaires judiciaires toujours pendantes avec un Nicolas Sarkozy devenu figure tutélaire d'une droite en pleine déconfiture ; une déroute aux élections européennes où le choix de l'ultraconservateur François-Xavier Bellamy n'a pas dépassé le buzz médiatique ; et pour finir la démission du très clivant Laurent Wauquiez aussi adepte de bullshit que d'une dérive très droitière, d'évidence inefficace.

Depuis 2017, Les Républicains n'en finissent pas de cumuler échecs et déconvenues, et en dépit de quelques initiatives isolées, notamment de jeunes élus, aucun travail de fond n'a été fait pour redéfinir ce qu'est la droite. « La maison brûle et nous regardons ailleurs » pourraient-ils dire en paraphrasant Jacques Chirac.

C'est dire si la prochaine élection du patron du parti, dans deux mois, doit être l'occasion d'entamer – enfin – l'indispensable chantier de la reconstruction qui a bien trop tardé. Car contrairement à ce que peuvent dire les Cassandre, il existe pour la droite un espace, étroit certes mais réel, entre La République en Marche et le Rassemblement national. Pour avancer sur cette ligne de crête et espérer un jour incarner l'alternance aux yeux des Français, il faut toutefois deux conditions : des idées et des hommes.

Des idées d'abord. Il s'agit de bâtir un programme clair, attractif, crédible, qui renoue sans doute avec ce que fut la droite populaire, tout en évitant de plagier le Rassemblement national. Les Républicains peuvent s'appuyer sur le vivier des élus locaux pour bâtir cette droite des territoires qu'incarne à sa façon Gérard Larcher, le madré président du Sénat.

Des hommes ensuite. À un an des municipales et trois de la présidentielle, il n'en manque certes pas dans un parti éclaté où exsudent des ambitions anciennes ou contrariées. Le futur président du parti, sans doute le plus petit dénominateur commun de ses différentes sensibilités, aura ainsi la lourde tâche d'opérer le rassemblement, favoriser le renouvellement et empêcher le retour de cette guerre des chefs si mortelle pour la droite.

(Commentaire publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 14 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio