Accéder au contenu principal

Les armes dans la peau



Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc dans la Constitution. «Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé», proclame l'article 2. Rien ne semble pouvoir aller à l'encontre de ce totem tabou. «Nous sommes le seul pays développé où l'on voit de tels massacres aussi régulièrement», observait, à raison, Barack Obama en 2015 après une énième tuerie. Mais le président démocrate qui s'était adressé plusieurs fois à la nation, parfois ému jusqu'aux larmes comme après le massacre dans l'école primaire de Sandy Hook, n'aura pu faire changer les choses qu'à la marge. Même si 90 % des Américains se déclarent pour un meilleur contrôle de la vente d'armes, la possession d'un revolver ou d'un fusil d'assaut est ancrée dans les esprits, depuis au moins la conquête de l'Ouest. Ni les Républicains, ni même les Démocrates – hormis au niveau local dans certains états – ne semblent vouloir revenir sur ce fameux deuxième amendement, encouragés d'ailleurs par la puissante National Rifle Association (NRA), le lobby des armes, l'un des plus influents de Washington, qui dépense des millions de dollars pour soutenir ou dénigrer tel ou tel candidat.

Après chaque fusillade (Orlando, Sandy Hook, Las Vegas, Parkland…), beaucoup, et notamment les familles des victimes, pensent qu'il y aura un avant et un après. En vain !

Pour autant, pas à pas, les choses évoluent. Emma Gonzalez, rescapée d'une fusillade perpétrée en 2018 à Parkland en Floride, a su fédérer la jeunesse et la mobiliser pour des marches à travers tous le pays, sous les mots-clés #MarchForOurLives («Marchons pour nos vies») ou #NeverAgain («Plus jamais»). Figure du mouvement anti-armes, elle a marqué les esprits lors d'une grande marche le 24 mars 2018 à Washington, là même où, le 28 août 1963 devant le Lincoln Memorial, Martin Luther King lança son célèbre «I have a dream». Un pays moins armé, tel est aujourd'hui le rêve américain d'une jeunesse qui, demain, sera aux responsabilités.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 5 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en