Accéder au contenu principal

Les armes dans la peau



Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc dans la Constitution. «Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé», proclame l'article 2. Rien ne semble pouvoir aller à l'encontre de ce totem tabou. «Nous sommes le seul pays développé où l'on voit de tels massacres aussi régulièrement», observait, à raison, Barack Obama en 2015 après une énième tuerie. Mais le président démocrate qui s'était adressé plusieurs fois à la nation, parfois ému jusqu'aux larmes comme après le massacre dans l'école primaire de Sandy Hook, n'aura pu faire changer les choses qu'à la marge. Même si 90 % des Américains se déclarent pour un meilleur contrôle de la vente d'armes, la possession d'un revolver ou d'un fusil d'assaut est ancrée dans les esprits, depuis au moins la conquête de l'Ouest. Ni les Républicains, ni même les Démocrates – hormis au niveau local dans certains états – ne semblent vouloir revenir sur ce fameux deuxième amendement, encouragés d'ailleurs par la puissante National Rifle Association (NRA), le lobby des armes, l'un des plus influents de Washington, qui dépense des millions de dollars pour soutenir ou dénigrer tel ou tel candidat.

Après chaque fusillade (Orlando, Sandy Hook, Las Vegas, Parkland…), beaucoup, et notamment les familles des victimes, pensent qu'il y aura un avant et un après. En vain !

Pour autant, pas à pas, les choses évoluent. Emma Gonzalez, rescapée d'une fusillade perpétrée en 2018 à Parkland en Floride, a su fédérer la jeunesse et la mobiliser pour des marches à travers tous le pays, sous les mots-clés #MarchForOurLives («Marchons pour nos vies») ou #NeverAgain («Plus jamais»). Figure du mouvement anti-armes, elle a marqué les esprits lors d'une grande marche le 24 mars 2018 à Washington, là même où, le 28 août 1963 devant le Lincoln Memorial, Martin Luther King lança son célèbre «I have a dream». Un pays moins armé, tel est aujourd'hui le rêve américain d'une jeunesse qui, demain, sera aux responsabilités.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 5 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…