Accéder au contenu principal

Défi global

homeless


Comment nourrir 10 milliards d'humains d'ici 2050 tout en préservant la planète ? Voilà sans doute le défi mondial le plus important qu'ait jamais eu à connaître l'humanité. Pour faire face cet immense challenge, le Groupe international des experts sur le climat – ce fameux Giec connu pour ses alertes sur le réchauffement climatique – va rendre aujourd'hui à Genève un rapport très complet. Le résumé de cette analyse scientifique de 1 200 pages, d'une ampleur jamais égalée sur le sujet, approuvé par les représentants de 196 États, sera adressé aux pouvoirs publics pour les guider dans leurs prochaines décisions. Les alertes sur ce dossier, et notamment les différents scénarios d'évolution, sont toutefois déjà connues, grâce notamment au minutieux travail de la FAO, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Car l'agriculture apparaît comme le pivot du problème, à la fois sa source et sa solution.

Les systèmes agricoles à forte intensité d'intrants et de ressources qui ont entraîné la déforestation massive, la pénurie d'eau, l'appauvrissement des sols, la perte de biodiversité, la résistance aux antimicrobiens des ravageurs et des maladies ainsi que des niveaux élevés d'émissions de gaz à effet de serre ne peuvent pas garantir une production alimentaire et agricole durable, constatait ainsi la FAO dans son rapport «L'avenir de l'alimentation et de l'agriculture. Parcours alternatifs d'ici à 2050», paru, déjà, l'an passé. Mais l'agriculture est aussi la clé du défi alimentaire si elle parvient à changer son modèle en passant d'un système massivement chimique et mécanique à une agriculture agroécologique, adaptée au changement climatique.

Ce véritable bouleversement ne peut se faire qu'à au moins trois conditions. D'abord une prise de conscience globale qui dépasse le clivage entre pays « développés » et pays « en développement » pour adopter un point de vue neuf, universel. Ensuite, il faut de la part des gouvernements des choix politiques courageux, notamment en ce qui concerne la course au profit des multinationales de l'agroalimentaire, et de la part des agriculteurs et des populations les plus privilégiées des sacrifices, des renoncements à des habitudes de production et de consommation. Abandonner des cultures trop gourmandes en eau pour s'orienter vers d'autres plus adaptées à l'environnement des terres, lutter contre le gaspillage alimentaire, retrouver le rythme des saisons pour ne plus manger en plein hiver des fruits ou des légumes d'été venus du bout du monde, etc.

Enfin la troisième condition consiste à dégager les financements – forcément colossaux – pour réaliser les investissements nécessaires afin de chercher et développer de nouvelles technologies de culture, construire de nouvelles infrastructures logistiques pour réduire les pertes alimentaires ou encore favoriser des politiques solidaires pour lutter contre les inégalités et la pauvreté.

C'est au prix de cette révolution que l'humanité pourra relever le défi de bien nourrir tous ses membres.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 8 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat