Accéder au contenu principal

Changement d'ère ?

benidorm
Benidorm. Photo Diego Delso

En attendant d'en savoir plus sur les circonstances précises des agressions sexuelles et des viols présumés survenus dans la station balnéaire espagnole de Benidorm entre deux jeunes Norvégiennes et cinq jeunes Toulousains, il convient évidemment de rester prudent et d'éviter les commentaires à l'emporte-pièce. Toutefois cette affaire illustre deux phénomènes de société majeurs.

Le premier, ce sont bien sûr le harcèlement, les agressions sexuelles et les viols dont la prise en compte a connu – et c'est heureux – un bouleversement ces derniers mois. L'affaire Weinstein aux états-Unis et le lancement du mouvement #MeToo de libération de la parole des femmes (prolongé par #BalanceTonPorc en France) ont ouvert une nouvelle ère dans laquelle les harcèlements et les agressions sexistes contre les femmes (et parfois les hommes) qui étaient minimisés, tus, ignorés, moqués ne sont désormais plus tolérés. La société a pris conscience que ce que certains appelaient – et appellent encore – de la séduction, de la drague appuyée n'en étaient – et n'en sont – absolument pas et que lorsqu'une personne dit non à des avances sexuelles, c'est non. Ce respect du consentement, cette lutte contre toute forme d'agression – de l'insulte au viol – a conduit plusieurs états dont la France à prendre des mesures, notamment contre le harcèlement de rue.

Par ailleurs, si l'affaire de Benidorm suscite l'émoi en Espagne, c'est aussi parce que le pays s'était indigné l'an passé d'un verdict clément contre cinq accusés – qui se faisaient appeler «la meute» – d'un viol collectif perpétré durant les fêtes de Pampelune en 2016. Un vaste mouvement de protestation et de soutien à la victime, réuni sous la bannière «Yo sí te creo» (Moi, je te crois), avait conduit à la tenue d'un nouveau procès. Les cinq hommes ont été condamnés fin juin à 15 ans de prison pour ce viol collectif. Et le Code pénal devrait être amendé. Un vrai changement d'ère…

Le second phénomène que peut soulever cette affaire de Benidorm est l'alcoolisation excessive des jeunes – qui ne peut d'ailleurs excuser en rien les agressions sexuelles, certaines étant commises par des individus parfaitement sobres. Mais ce «binge drinking», ces bitures express dans lesquels certains voient comme un rituel sont lourdes de conséquences et posent un vrai problème de santé publique. À Benidorm justement, où l'alcool bon marché accompagne la fiesta de la jeunesse européenne en vacances, la municipalité avait interdit l'alcool et les fêtes nocturnes sur la plage… dès 2008. Mais ce «tourisme de la cuite» pour reprendre l'expression d'un ancien ministre catalan est loin d'être endigué. Plusieurs études européennes montrent une baisse de la consommation d'alcool chez les jeunes, qui seraient plus enclins désormais à «garder le contrôle»… sauf visiblement lorsqu'ils sont en vacances. Le changement d'ère ne semble pas là encore de mise…

Enfin, cette affaire doit permettre de souligner que les services de police en Europe ont su évoluer pour être davantage à l'écoute des victimes, pour mieux recueillir leurs plaintes et pour traiter plus rapidement ces dossiers qui bouleversent des vies.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 9 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio