Accéder au contenu principal

Volte-face calculée

macron


C'est peu dire que l'intervention d'Emmanuel Macron sur la réforme des retraites, lundi soir en direct dans le JT de France 2, était totalement inattendue. Là où l'on pensait voir le chef de l'état louer le long travail de concertation réalisé par le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye ces deux dernières années, ou détailler le mécanisme du fameux et très controversé âge pivot de 64 ans – différent de l'âge de départ «totem» de 62 ans – ou encore promettre aux partenaires sociaux qui doivent rencontrer le gouvernement la semaine prochaine qu'il y aurait des aménagements, Emmanuel Macron a pris tout le monde de court en estimant qu'il préférait «qu'on trouve un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l'âge.» Et d'ajouter que cela lui paraissait «plus juste». La volte-face est totale, déstabilisant jusqu'au ministre de l'économie Bruno Lemaire, contraint de ramer à contre-courant pour s'accommoder de la position présidentielle…

Mais cette volte-face a, d'évidence, été mûrement réfléchie, Emmannuel Macron a pesé les avantages et les inconvénients de son choix avec un seul objectif : être celui qui réussira la réforme des retraites sur laquelle tous ses prédécesseurs se sont cassé les dents. En revenant à la durée de cotisation chère à la CFDT, il coupe l'herbe sous le pied des syndicats qui appellent à mobiliser le mois prochain, prive ses oppositions politiques d'arguments, elles qui entendaient mener «la mère des batailles», et donne un gage à l'aile gauche de sa majorité.

Le président montre aussi qu'il n'est fermé à rien, qu'il peut évoluer, écouter pour rechercher le compromis. Toutes choses dont certains, Gilets jaunes en tête, l'en pensaient incapable. Ce revirement calculé fait toutefois une victime : Jean-Paul Delevoye. Comme Jean-Louis Borloo avec son rapport sur les banlieues – aussitôt remis, aussitôt enterré – le haut-commissaire se retrouve en situation délicate.

Pas tout à fait désavoué, mais fragilisé. Au nom de la nouvelle méthode de la phase II du quinquennat.

(Commentaire publié dans La Dépêche du Midi du mardi 28 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t