Accéder au contenu principal

Ogres et démons

epstein
La mort en prison ce week-end du milliardaire Jeffrey Epstein, alors qu'il attendait que soit fixée la date de son procès pour exploitation sexuelle de mineures, électrise l'Amérique et la confronte à ses ogres et à ses démons.

Ces ogres, dont Epstein est le plus récent représentant, sont ces hommes de pouvoirs, d'influence, qui se sentent au-dessus des lois grâce à leurs relations, ces milliardaires qui peuvent embaucher les meilleurs avocats pour acheter le silence de leurs victimes, ces vedettes de cinéma, du sport ou de la télévision à la personnalité de Janus qui, souvent, ont inspiré la littérature ou le cinéma. Tous horrifient l'opinion… tout en la fascinant, dès lors que, leur chute survenue, ils se retrouvent dans les rouages d'une machine judiciaire américaine perfectible, qui peut être aussi implacable qu'étrangement conciliante.

Bernard Madoff, ce financier qui promettait des placements aux rendements en or et qui, en fait, escroqua et ruina des dizaines de stars, est de ces ogres-là. Harvey Weinstein, le producteur accusé de harcèlement sexuel et de viols par des dizaines d'actrices qui contribuèrent à lancer le mouvement de libération de la parole des femmes #MeToo, est aussi de ces ogres-là. Et que dire, donc, de Jeffrey Epstein, ce milliardaire jet-setteur dont les fantasmes et les frasques sexuelles l'ont conduit au trafic sexuel pédophile avec de jeunes filles aux Etats-Unis et peut-être aussi en France ? Un ogre lui aussi, conspué par une Amérique schizophrène, aussi puritaine sur la sexualité qu'elle peut être sans limites sur la pornographie, et qui a attendu les années 90 pour prendre toute la mesure des crimes pédophiles.

Mais si l'affaire Epstein affole aujourd'hui autant l'Amérique, c'est qu'elle se combine avec l'un de ses démons : le complotisme. Sans même attendre les conclusions de l'enquête sur la mort du milliardaire, les théories les plus farfelues ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux. Le carnet d'adresses d'Epstein, qui comprend de nombreuses personnalités politiques dont Donald Trump, Bill Clinton ou le Prince Andrew, y est pour beaucoup, qui nourrit tous les fantasmes sur le prétendu meurtre du milliardaire. Celui-ci s'expliquerait forcément parce que son procès aurait dévoilé les secrets de ses puissants amis… Des théories sans preuve auxquelles le président des Etats-Unis en personne vient d'apporter crédit en retweetant l'une d'elles qui, peu ou prou, accuse Bill Clinton d'avoir commandité le meurtre…

En faisant cela au lieu d'appeler à la pondération, Donald Trump détourne peut-être le regard de ses propres turpitudes, mais il enfonce un peu plus l'Amérique dans cette ère de post-vérité, dangereuse pour la démocratie, où les faits n'ont plus aucune importance, où la réalité se brouille et se dissout devant les caméras de télévision et dans les méandres des réseaux sociaux, où la croyance remplace le savoir. Assurément un autre démon…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 13 août 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…