Accéder au contenu principal

Etre sur ses gardes

 

masque

Le rebond du nombre de contaminations au Covid-19 cet été, notamment avec le fulgurant variant Eris, nous a rappelé que si la fin de la pandémie en tant qu’urgence sanitaire mondiale avait bien été actée au printemps par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle n’en restait pas moins une menace pour la santé partout dans le monde. Le coronavirus continue, en effet, de circuler dans tous les pays, il continue de tuer les plus fragiles et il continue à changer, de variant en variant.

La question maintenant est de savoir si le rebond du Covid-19, qui est considéré comme une maladie chronique à l’instar de la grippe saisonnière, pourrait être plus fort qu’attendu à la rentrée.

Ce n’est pas un hasard si l’OMS, qui surveille de près l’apparition de tout nouveau variant du coronavirus, a incité les pays à mettre à jour leur stratégie de lutte contre le Covid. Surveillance, information transparente, poursuite de la vaccination si besoin, soutien à la recherche scientifique pour mieux comprendre la maladie, facilitation de l’accès aux soins, aux traitements et aux vaccins sont quelques-unes des préconisations listées par le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, patron de l’agence onusienne, qui martelait récemment que « l’OMS n’oubliera pas le Covid-19, et les gouvernements non plus ».

En France, le nouveau ministre de la Santé Aurélien Rousseau a pris bonne mesure de ces recommandations. « On n’a pas désarmé notre système de suivi mais on a basculé dans un système plus classique comme pour la grippe », a-t-il rappelé alors que le décompte des contaminations est désormais différent qu’au plus fort de l’épidémie. Le ministre a aussi indiqué qu’il fallait que les Français retrouvent les bons réflexes acquis au début de l’épidémie, c’est-à-dire renouent avec les fameux gestes barrière qu’on a tous un peu oubliés. Tousser dans son coude, garder une distanciation sociale et porter le masque si besoin. La simple évocation de ce dernier, symbole de l’épidémie, a bien sûr de quoi inquiéter.

Si le ministre de la Santé ne peut pas exclure de le rendre un jour à nouveau obligatoire – ce qui posera débat puisque la France est sortie de l’état d’urgence sanitaire – il se veut rassurant. « Je pense qu’il y a une étape intermédiaire : la banalisation du masque quand vous avez des symptômes respiratoires. Il faut qu’on se dise tous que porter le masque c’est quelque chose de banal qui doit être un réflexe », assure Aurélien Rousseau, qui se défend de toute infantilisation des Français, l’une des critiques qui avaient été émises contre les campagnes de communication à répétition des gouvernements Philippe et Castex…

Remettre le masque en cas de besoin, retrouver les gestes barrière pourquoi pas. Mais il reste encore d’autres actions à envisager comme recourir à des capteurs et purificateurs d’air, notamment dans les écoles, mettre en place un rappel vaccinal pour les plus fragiles ou conforter des urgences hospitalières aujourd’hui au bout du rouleau.

Bref, être sur ses gardes face au Covid, qui pourrait surfer sur une nouvelle vague à l’automne, comme face à tous les virus respiratoires.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 28 août 2023)


Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a