Accéder au contenu principal

Voyager léger

bagage

La perte de bagages est un véritable fléau pour les voyageurs du monde entier et leurs nerfs avaient été particulièrement mis à rude épreuve l’an passé. La reprise du trafic aérien après l’épidémie de Covid-19 avait, en effet, engendré de multiples problèmes dans les grands aéroports internationaux. On se souvient, l’été dernier, de ces océans de valises en perdition stockées cahin caha dans les couloirs des terminaux. En 2022, 26 millions de valises avaient ainsi été perdues, endommagées ou retardées, selon une étude de Sita, qui fournit des services informatiques pour le secteur aérien. Soit un ratio de 7,6 valises pour 1 000 passagers… A Paris, 35 000 bagages avaient été perdus l’an dernier à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

Cette année, les professionnels de l’aérien promettaient une amélioration et début juillet le PDG d’Aéroports de Paris (ADP), Augustin de Romanet, se disait « prêt » à affronter les départs en vacances, annonçant un renforcement de 20 % des effectifs de maintenance. Las ! Début août à Orly, une panne sur le système de tri des bagages, qui achemine sacs et valises jusqu’à l’avion, avait impacté près de 10 000 passagers.

Les aéroports et les compagnies tentent évidemment de remédier à ces dysfonctionnements, inventent de nouvelles façons de sécuriser les flux, d’identifier les bagages, en les prenant en photo par exemple, mais le risque zéro n’existe pas. Les passagers eux-mêmes prennent les choses en main et glissent dans leur valise un AirTag, cette petite balise d’Apple qui permet de localiser l’objet dans lequel elle se trouve. À défaut de récupérer son bagage, on sait au moins où il se trouve… Quant aux indemnisations, si elles sont activées, elles constituent souvent pour les voyageurs un insupportable parcours du combattant, à telle enseigne que des sociétés spécialisées se sont créées pour monter les dossiers de demande de compensation en naviguant dans le maquis des réglementations internationales et européennes.

Mais le risque de perdre son bagage est peut-être l’occasion de réfléchir à la façon dont nous voyageons… et à l’impact environnemental de nos trajets en avion. Car chaque bagage embarqué représente des émissions de CO2. À l’heure où le secteur aérien planche sur un avion vert qui est encore très loin de voir le jour, alléger le poids transporté en soute est une option à effet immédiat sur l’empreinte carbone.

Certains voyageurs ont ainsi décidé de ne prendre qu’un bagage cabine et de renoncer à une grosse valise. Ne prendre que l’essentiel pour retrouver de la souplesse, l’idée fait son chemin. Japan Airlines pousse même plus loin la réflexion et propose à ses passagers de leur louer des vêtements mis à disposition à leur arrivée dans leur hôtel ou leur location.

Voyager léger et sans bagage ? Et si c’était ça la solution ?

(Editorial. publié dans La Dépêche du Midi du lundi 7 août 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a