Accéder au contenu principal

Sous surveillance

attal

Après le technicien de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, et l’universitaire Pap Ndiaye, Emmanuel Macron a décidé, lors du remaniement de juillet, de confier l’Éducation nationale à un pur politique, Gabriel Attal, fidèle d’entre les fidèles et l’un des premiers à avoir rejoint En Marche en 2016. Charge au plus jeune ministre installé rue de Grenelle, à 34 ans, de faire oublier les errements de ses deux prédécesseurs : le dogmatisme et les obsessions de Blanquer, dont la réforme du baccalauréat a mis sous tension des enseignants avec lesquels le dialogue s’était rapidement et durablement rompu ; l’effacement de Ndiaye, qui n’a pas su trouver sa place et a dû endurer, avec une solidarité gouvernementale quasi-inexistante, les attaques souvent odieuses de l’extrême droite et d’une partie de la droite sur sa personne plutôt que sur son action.

Pour faire oublier ses prédécesseurs et imprimer sa patte sur un ministère réputé difficile, l’ambitieux Gabriel Attal a bien compris qu’il fallait marquer les esprits et gagner des points dans l’opinion à l’occasion de sa première rentrée scolaire.

D’où les deux annonces principales qui émergent d’une kyrielle de nouveautés pour cette rentrée scolaire : la révision en profondeur de la réforme Blanquer du baccalauréat et l’interdiction des abayas à l’école.

La première, habile, permet à Gabriel Attal de répondre aux revendications et aux inquiétudes des parents d’élèves et des enseignants qui alertaient depuis longtemps sur l’aberration de passer des épreuves de spécialités au mois de mars plutôt qu’en juin. La seconde permet au ministre d’affirmer fermement son positionnement sur le respect de la laïcité à l’école, aujourd’hui malmené, et de répondre à une demande d’interdiction majoritaire dans l’opinion, qui considère l’abaya comme un vêtement religieux. Politiquement, elle lui permet aussi de faire d’une pierre deux coups : envoyer un signal à la droite et notamment aux Républicains dont la Macronie espère toujours le soutien et mettre en difficulté la gauche, très divisée sur la question et toujours prête à s’invectiver sur le sujet.

Gabriel Attal pourrait toutefois rapidement se rendre compte que ces deux « coups » politiques vont avoir des conséquences en cascade. Si les épreuves de spécialités se passent en juin, Parcoursup ne pourra plus intégrer leurs notes et sera donc plus dépendant encore du contrôle continu. Sauf à engager de nouveaux ajustements aussi complexes que périlleux qui rouvriront l’épineuse question de savoir à quoi doit servir le bac. Sur l’interdiction de l’abaya, le ministre s’expose à de multiples recours qui pourraient faire traîner le dossier et à des polémiques à répétition.

En devenant capitaine du paquebot Éducation nationale, deuxième budget de l’État, Gabriel Attal va mesurer combien il est délicat à manœuvrer, entre revendications de l’équipage, les enseignants, et attentes des passagers, les élèves et au-delà la société. Surtout quand l’armateur, le président de la République, vient de décider, six ans après son entrée à l’Elysée, de faire de l’Éducation son nouveau « domaine réservé ».

Face à ce superministre qui l’a, de fait, placé sous surveillance, Gabriel Attal aura-t-il encore des marges de manœuvre ou saura-t-il en trouver ?

(Editorial publié dans La Dépêche du mardi 29 août 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a