Accéder au contenu principal

Bleus à l'âme

bleus

Il n’y avait pas que Kylian Mbappé qui était sonné dimanche soir sur la pelouse du stade de Lusail, après la défaite 3-3 de la France aux tirs au but face à l’Argentine. À 6 000 kilomètres de distance, c’est tout un pays qui, lui aussi, a accusé le coup après un match de légende et un Mondial du Qatar qui nous auront transportés comme sur des montagnes russes. Même s’il y a de quoi être fier du parcours des Bleus et de cette incroyable remontada finale orchestrée par un Mbappé magistral, la France n’a pas accédé à sa troisième étoile.

Le rêve est devenu cauchemar et, depuis hier, le pays a comme des bleus à l’âme. Bien sûr, le football ne fait pas tout et une victoire des Bleus n’aurait rien changé à l’inflation galopante, aux factures des courses et de l’énergie qui flambent, au risque de coupure d’électricité, à la polarisation politique du pays depuis les dernières élections. Mais une victoire aurait incontestablement redonné un peu de baume au cœur à un pays qui doute souvent trop de lui. Selon une enquête Odoxa, 7 Français sur 10 assuraient vendredi dernier qu’une victoire de la France en finale aurait eu un impact majeur sur le sentiment de fierté des Français et sur l’image de la France dans le monde ; et pour un Français sur trois elle aurait même eu un impact sur le moral de nos concitoyens et l’économie du pays.

Il n’en sera rien et à la joie d’être ensemble unis va succéder une tristesse qui pourrait vite virer à la sinistrose. Emmanuel Macron, qui s’est investi avec passion dans ce Mondial pour soutenir les Bleus – parfois avec la candeur du fan de foot qu’il est – le sait mieux que quiconque. Il a d’ailleurs volontiers filé la métaphore pour expliquer, dimanche soir, que « ce que ce match nous dit aussi, c’est qu’il n’y a jamais de scénario écrit d’avance, que c’est toujours possible. » Mais celui qui a dynamité le paysage politique français en 2017 – un scénario qui n’était lui aussi pas écrit – doit aujourd’hui s’atteler à réparer un pays fracturé. Le président, qui présentera dans onze jours ses premiers vœux du Nouvel an de son second quinquennat, doit se garder d’user de la méthode Coué et chercher au contraire les mêmes mots de réconfort qu’il a murmurés avec bienveillance à l’oreille de Kylian Mbappé. Trouvera-t-il ces mots bleus et les Français y seront-ils réceptifs ? Réponse le 31 décembre.

(Editorial publié dans  La Dépêche du Midi du mardi 20 décembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan