Accéder au contenu principal

Un vaccin d'urgence

 

canard

Ce lundi, un élevage de canes et de canards a été touché par l’influenza aviaire à Aignan, à l’ouest du Gers. Un abattage préventif était prévu dès hier. Nouvel épisode de cette épizootie de grippe aviaire qui, depuis plusieurs années, frappe l’Europe, plus dévastatrice que jamais, et touche désormais près de 37 pays. L’épizootie semble même avoir traversé l’Atlantique, car des éleveurs américains et canadiens ont dû procéder eux aussi à de nombreux abattages de volailles.

Ainsi, alors que les hommes se débattent avec une épidémie de Covid-19 dont le rebond en Chine est inquiétant, les animaux sont victimes d’une grippe qui aboutit à prendre des mesures drastiques. Les autorités sanitaires européennes ont indiqué la semaine dernière que plus de 50 millions d’oiseaux avaient été abattus dans les seuls élevages infectés entre octobre 2021 et septembre 2022. En France, du 1er août au 21 décembre, 3,3 millions d’animaux ont déjà été abattus, dont une moitié de canards ; deux millions l’ont été rien qu’en ce mois de décembre, selon le ministère de l’Agriculture.

Derrière ces chiffres impressionnants, il y a la détresse des éleveurs – et notamment ceux des petites exploitations familiales – qui, du jour au lendemain, et en dépit de toutes les précautions et protocoles pris selon les directives des autorités, voient leurs animaux tués pour éviter d’autres contaminations dans leur secteur. Un vrai crève-cœur pour toute une filière qui subit par ailleurs les attaques des défenseurs du bien-être animal. Aujourd’hui, elle attend une légitime solidarité nationale et européenne via des indemnisations décentes et, surtout, une accélération du calendrier pour mettre en place la vaccination dont on parle depuis des années.

À ce stade, il n’existe aucun vaccin suffisamment efficace et disposant d’une autorisation de mise sur le marché, et encore moins de réglementation européenne autorisant la vaccination. « En cinq ans, trois crises sanitaires dues à l’influenza aviaire hautement pathogènes (IAHP) ont généré des coûts considérables pour les professionnels et l’État, des pertes de marché à l’export ainsi qu’une moindre attractivité pour les entreprises mondiales de la génétique. L’abattage de millions de volailles se heurtera tôt ou tard à des questions d’acceptabilité sociétale. Enfin, même si le virus H5N8 actuel présente un potentiel zoonotique faible, l’IAHP représente une menace de santé publique qui ne doit pas être négligée », résumait le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux dans un rapport publié en juillet 2021…

Il est aujourd’hui plus que temps d’accélérer. Dès que les résultats des expérimentations de vaccins menées par cinq pays européens seront connus au premier trimestre 2023, l’Europe devra se doter d’une stratégie vaccinale claire et rapide, et prévenir toute distorsion de concurrence qui surviendrait avec les pays refusant les volailles vaccinées et donc des avis scientifiques parfaitement établis.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 28 décembre 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan