Accéder au contenu principal

Année charnière

 

immobilier

Il n’y a pas que l’épidémie de Covid-19 qui fonctionne par vagues. Le marché de l’immobilier connaît lui aussi des vagues, des flux et reflux entre offre et demande, neuf et ancien, achat et location, facilité ou durcissement dans l’obtention d’un crédit immobilier auprès des banques, modulation des taux d’intérêt, apaisement ou tension dans les relations entre propriétaires et locataires, etc. Autant dire que l’immobilier est un domaine habitué à la volatilité, aux circonstances, à l’actualité.

Lorsque l’épidémie de Covid a submergé le monde en 2020, la vague épidémique a percuté la vague immobilière. Enfermés chez eux en raison des confinements, les Français ont pu alors mesurer toute l’importance d’avoir un logement qui corresponde à leurs besoins et leurs envies. Ceux qui n’avaient pas la chance d’avoir une maison avec jardin mais vivaient dans des appartements exigus qui leur convenaient lorsqu’ils pouvaient travailler à l’extérieur, ont alors construit ou accéléré le projet d’acquisition qui était dans l’air depuis un moment mais dont la réalisation était sans cesse repoussée. Cette envie de maison avec jardin a même conduit certains à s’éloigner des grandes villes pour s’établir dans les villes moyennes dont on redécouvrait alors les atouts, au premier rang desquels leur taille humaine. Les taux d’intérêt bas et la reprise économique post-Covid ont ensuite constitué le cadre idéal pour réaliser enfin ce rêve de devenir propriétaire.

Mais cette vague d’optimisme a commencé à refluer avec le déclenchement de la guerre en Ukraine le 24 février 2022 et ses conséquences économiques en cascade : le retour d’une inflation galopante et la hausse des taux d’intérêt. À cette situation moins avantageuse, mais pas bloquante, s’est alors ajouté un bouleversement supplémentaire : le taux d’usure censé protéger les consommateurs – qui correspond au taux annuel effectif global (TAEG) maximal au-delà duquel une banque ne peut prêter de l’argent – est devenu un frein aux projets immobiliers de nombreux Français qui ont essuyé des refus de prêts… Résultat : après la hausse survenue entre fin 2020 et le 3e trimestre 2021, le volume annuel de transactions s’est orienté à la baisse depuis le 4e trimestre 2021 comme viennent de le montrer les Notaires de France dans leur bilan immobilier 2022. Après l’enthousiasme post-Covid, la morosité a ainsi gagné 2022 et pourrait laisser place à l’inquiétude en 2023.

Car le logement, l’un des principaux postes de dépenses des foyers, va connaître dans les mois qui viennent d’autres secousses, notamment celles induites par la transition énergétique. La loi Climat et Résilience qui veut à raison lutter contre les passoires thermiques va chambouler un peu plus le marché immobilier français provoquant une forte décote sur les logements énergivores (F ou G) et des transferts de ceux-ci du marché de la location vers le marché transactionnel avec de fortes disparités sur le territoire national.

2023 sera assurément une année charnière.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 26 décembre 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan