Accéder au contenu principal

Se réveiller

 


Les températures douces qui ont étreint une grande partie du pays pour Noël, les rayons de soleil qui donnent en cette fin d’année du baume au cœur des Français font du bien au moral. À l’heure où l’inflation continue de grimper et où la situation sanitaire se complique entre triple épidémie de grippe, de bronchiolite et de Covid et grève des médecins généralistes, ces journées quasi-printanières sont appréciables. Appréciables et pourtant inquiétantes, car elles couronnent une année 2022 historique sur le front climatique comme le note Météo-France qui vient de publier son bilan annuel.

2022 restera, en effet, comme l’année la plus chaude jamais enregistrée en France depuis le début des relevés en 1900. Une année marquée par un manque criant de précipitations, une sécheresse des sols parmi les plus longues et les plus étendues en France et des événements exceptionnels qu’on croyait réservés à d’autres pays bien éloignés de nos latitudes. Les trois vagues de chaleur ont battu de nombreux records – notamment les 40 °C les plus précoces jamais relevés qui ont été mesurés cette année – exacerbé des feux de forêts majeurs et déclenché des canicules océaniques en Méditerranée inédites. Sans oublier les orages violents et même des tornades spectaculaires observées de la Normandie au Nord-Pas-de-Calais. Et l’Europe n’est pas en reste : à l’échelle du continent, l’été 2022 a été le plus chaud jamais enregistré.

Autant d’événements, autant de drames survenus dans nos forêts incendiées ou dans nos campagnes en manque d’eau, qui montrent que nous avons bel et bien changé d’époque et que les climatologues, notamment ceux participant à la rédaction des rapports du Giec, ont vu juste lorsqu’ils nous alertaient sur notre Maison qui brûlait pendant que nous regardions ailleurs. « Les épisodes estivaux remarquables de 2022 auraient été hautement improbables et nettement moins intenses sans l’effet du changement climatique », relève d’ailleurs Météo-France dans son bilan.

Aujourd’hui, nous devons non seulement regarder cette réalité en face, faites d’événements extrêmes – comme le blizzard historique qui a frappé les États-Unis – mais aussi nous préparer à vivre en France d’autres étés caniculaires dont 2022 aurait constitué les prémices. Car quels que soient les scénarios de réductions d’émissions de CO2 – bien insuffisantes et bien éloignées des engagements pris par les États dans les Accords de Paris en 2015 – la hausse quasi inéluctable des températures au-delà de +1,5 °C va provoquer de profonds bouleversements dont personne ne sera épargné. « Nous avançons comme des somnambules vers la catastrophe climatique », a averti le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, infatigable diplomate du climat, qui appelle le monde à coopérer ou périr.

Il est temps de se réveiller…

(Editorial publié le vendredi 30 décembre 2022)

Photo DDM Bastien Arberet : La Mongie


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan