Accéder au contenu principal

Mondialisation 2.0

inflation

Que nous réserve 2023 pour l’économie mondiale, celle de l’Europe et celle de la France ? Après le choc de la guerre en Ukraine qui a déclenché ou exacerbé de multiples crises, énergétiques, alimentaires, commerciales, bousculant les approvisionnements en matières premières, les experts semblent se perdre en conjectures, les uns pronostiquant une récession inéluctable, d’autres tablant sur un retour assuré de la croissance aussi infime soit-il. Autant de projections qui rappellent que l’économie, si elle est régie par de grandes règles, n’est pas une science exacte, n’en déplaise à ceux qui voudraient nous faire croire le contraire. L’économie, c’est aussi des options politiques, des orientations différentes qui s’offrent à nous, des choix à faire, pour le présent et pour l’avenir, pour le court et le long termes, pour les générations d’aujourd’hui et celles de demain.

La crise inflationniste que traverse le monde après la crise du Covid-19 va constituer, on le pressent, un tournant dans l’organisation du monde. La mondialisation heureuse, en tout cas celle qui aura contribué au développement de pays pauvres, à la libre circulation des hommes, des capitaux et des marchandises, mais aussi celle qui, par sa face sombre, aura provoqué le déclassement de certaines catégories de population dans les pays développés, arrive à la fin d’un cycle. Cette mondialisation-là est aujourd’hui percutée pour ne pas dire menacée par les questions de souveraineté énergétique, industrielle, alimentaire ; percutée par les questions que pose la transition écologique, ce défi colossal pour lequel on tarde tant à agir, les COP le montrent hélas ; percutée par le retour des protectionnismes ; percutée aussi par l’affaiblissement des démocraties face aux régimes autoritaires et dictatoriaux.

Si l’on ne veut pas que le monde ne se défasse – pour reprendre le mot d’Albert Camus lorsque, le 10 décembre 1957 en recevant son prix Nobel de littérature, il exhortait sa génération à agir pour les suivantes – il faut repenser le monde à l’aune de la nouvelle donne, sortir des dogmes tout en préservant un certain nombre de principes, inventer autre chose. Lorsqu’Emmanuel Macron s’est rendu aux États-Unis pour demander à Joe Biden de mesurer combien sa loi contre l’inflation (Inflation reduction act) avec ses aides massives aux entreprises américaines pouvait être pénalisante pour ses alliés européens, il a été écouté mais sûrement pas entendu par un président américain qui n’a pas l’intention de faire machine arrière. Et pourtant, l’idée de concilier multilatéralisme et souverainisme dans certains domaines semble bien la seule voie possible.

Cette mondialisation 2.0 à inventer devra corriger tous les effets néfastes de la première version à commencer par un juste partage de la valeur. Ce débat a lieu en France et c’est sans doute celui-ci que vont regarder le plus attentivement les Français, particuliers comme entrepreneurs, qui subissent le choc inflationniste de plein fouet en espérant que le monde de demain ne les laissera pas sur le bord du chemin.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 12 décembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan