Accéder au contenu principal

Hypnothique

sobhraj

C’est une photographie devenue virale sur les réseaux sociaux en quelques heures. À l’intérieur de la cabine d’un long courrier de Qatar Airways, deux femmes asiatiques regardent craintivement l’homme qui s’est assis à côté d’elles, esquissant même un geste de repli pour s’en éloigner et ne pas être en contact au coude à coude avec lui. Ce passager septuagénaire n’a pourtant, en apparence, rien d’inquiétant avec ses fines lunettes rectangulaires, sa casquette et sa chemise à carreaux et sa veste rouge. Il pourrait être un grand-père gâteau, on dirait même qu’il sourit un peu au moment où est prise la photo. Mais les apparences sont trompeuses et avant même de prendre place dans l’avion qui va faire route vers la France, la réputation de ce passager singulier l’a précédé : Charles Sobhraj, le « tueur de Bikini » est à bord. Libéré trois jours plus tôt par la justice népalaise qui a abrégé pour raisons de santé sa condamnation à la prison à perpétuité pour le meurtre de touristes américains à Katmandou en 1975.

Cette remise en liberté et cette expulsion vers la France, Charles Sobhraj ne les attendait plus. Opéré du cœur en 2017, le célèbre détenu devait rester en prison au moins jusqu’en 2034. Le destin en aura décidé autrement, ajoutant un nouvel épisode à la vie aventureuse et criminelle de cet homme qui conserve sa part de mystère et un incroyable magnétisme qui, cinquante ans après ses meurtres, parvient encore à effrayer et à fasciner.

Car le parcours criminel glaçant de Charles Sobhraj, dit aussi le Serpent, hypnotise, interpelle, questionne tant sur la façon dont il a pu passer entre les mailles du filet et sans cesse rebondir pour échapper à la police que sur ces motivations intimes à commettre ses crimes. Quelle est l’origine de sa noirceur d’âme ? Comment a-t-il pu commettre de tels actes avec une telle absence d’humanité et d’empathie pour ses victimes, des jeunes gens qui avaient la vie devant eux ? La question du pourquoi se pose d’ailleurs pour tous les tueurs en série, de Landru à Guy Georges, de Jeffrey Dahmer à Ted Bundy, du tueur au Zodiac à celui de Boston jamais découverts. Ces histoires connues mais dont le point déclencheur ne peut être qu’hypothèses font le miel de la fiction, notamment à la télévision. On ne compte plus les films et les séries construites autour de ces personnages maléfiques, parfois inventés (Dexter, You, Hannibal Lecter…) et de plus en plus bien réels. Car quand la réalité dépasse la fiction, elle fait toujours le meilleur des scénarios. Les plateformes de vidéo à la demande l’ont bien compris. Mais dans ce cas, elles doivent bien se garder – comme Netflix avec Dahmer dernièrement – de transformer les tueurs en héros romantiques. Car derrière leur célébrité, il y a toujours des victimes et leurs proches qui attendent un inextinguible respect.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 27 décembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan