Accéder au contenu principal

Rien n'est fini...

 

masque

On avait fini par l’oublier. Entre la crise énergétique et ses semaines de pénurie d’essence, l’inflation galopante qui est déjà à deux chiffres pour les produits alimentaires et les perspectives préoccupantes de la facture à la hausse de l’énergie et de potentielles coupures de courant cet hiver, l’épidémie de Covid était passée au second plan. Presque oubliée, car en matière de santé, les regards se portent sur l’épidémie de bronchiolite d’une ampleur sans précédent depuis une dizaine d’années et sur l’arrivée d’une grippe saisonnière annoncée comme plus virulente que les années passées.

Et pourtant, le coronavirus est loin d’avoir disparu et la France fait face à un rebond épidémique qui se transforme en une menaçante 9e vague. Le Covid se retrouve ainsi en mesure, une nouvelle fois, de gâcher Noël et les fêtes de fin d’année. Comme en 2020, nous replongeons dans les angoisses que nous avons vécues et les dilemmes qui étaient les nôtres lorsque l’on se demandait s’il fallait isoler papy et mamie dans la cuisine pour ne pas les contaminer, comme le recommandait alors fort maladroitement Jean Castex.

À ceci près que cette fois, nous sommes mieux armés qu’en 2020… à condition d’utiliser les armes dont nous disposons. Tous les médecins le disent, nous devons renouer avec le respect des gestes barrière et une certaine distanciation sociale. Nous devons aussi remettre le masque autant que nécessaire lorsque nous sommes dans les transports ou dans des endroits clos avec beaucoup de personnes. Et nous devons nous vacciner que ce soit pour la première fois – 19,5 % de la population ne sont toujours pas vaccinés – que pour les doses de rappel, indispensables puisque la protection diminue avec le temps et que l’épidémie évolue avec ses variants. Ces conseils sont martelés par le gouvernement, qui joue, d’évidence, la carte de la pédagogie plutôt que celle de la contrainte – on est heureusement loin de la stratégie zéro Covid chinoise qui montre ses limites pour ne pas dire son échec. L’objectif de l’exécutif est clair : éviter que l’hôpital, toujours en souffrance, ne soit submergé par une triple épidémie de Covid, de grippe et de bronchiolite.

Cette 9e vague de Covid sera-t-elle la dernière ? Rien n’est moins sûr. Il y a un mois, le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé – qui avait prédit la fin du Covid à la fin 2022 – a révisé ses propos, alors que le Comité d’urgence du Règlement sanitaire international estime que le Covid-19 reste une urgence de santé publique mondiale, qu’il faut renforcer la surveillance et élargir l’accès aux tests, aux traitements et aux vaccins pour les personnes les plus à risque, et que tous les pays doivent mettre à jour leurs plans nationaux de préparation et de riposte.

« Bien que la situation mondiale se soit manifestement améliorée depuis le début de la pandémie, le virus continue de muter et de nombreux risques et incertitudes subsistent. Cette pandémie nous a déjà surpris et pourrait très bien nous surprendre encore. » Nous voilà prévenus…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 2 décembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan