Accéder au contenu principal

Noël quand même

 

Noel

Les rues bondées et la foule dans certains magasins ces derniers jours ne doivent tromper personne. Nulle insouciance de Français qui toiseraient ainsi les difficultés, mais plutôt l’envie – malgré tout – de préparer les fêtes de fin d’année, seule occasion de se réchauffer le cœur avec ses proches avant d’affronter une série de difficultés. Car celles-ci ne manqueront pas, à commencer par le rebond de l’épidémie de Covid-19 qui provoque une légitime inquiétude lorsqu’il s’agit de retrouver la famille élargie et les grands-parents. Les mouvements sociaux qui vont perturber les déplacements en train et en avion ajoutent aux inquiétudes. Et la perspective de coupures d’électricité complète un tableau fort peu sympathique. 

Mais c’est bien sûr l’inflation galopante qui inquiète le plus les Français. Selon un sondage Odoxa paru ce 1er décembre, les Français estiment désormais l’inflation à 15,8 %… soit 2,5 fois plus que le niveau enregistré par l’Insee, deux fois plus que celui estimé par les Français à la rentrée et six fois plus que leur estimation de l’inflation l’année dernière… Cet indicateur « d’inflation perçue » joue évidemment sur le moral – près de 8 Français sur 10 (78 %) se disent « moins confiants en l’avenir » – mais aussi complique les achats de Noël. Comment faire ses cadeaux quand les prix ont augmenté à ce point ? Comment remplir sa hotte pour toute sa famille quand on est contraint de revoir son budget à la baisse en prévision de la hausse des factures ? 

 Ce casse-tête-là, nombre de familles tentent de le résoudre depuis plusieurs semaines avec parfois la crainte de tomber dans la précarité. À cause de l’inflation, 43 % des Français ont déjà dû intervenir sur leur épargne pour faire face à leurs dépenses courantes alors qu’ils n’étaient « que » 36 % avant l’été. L’arrivée de Noël complique un peu plus la donne au point qu’un tiers des Français craint de ne pas pouvoir offrir de cadeau à ses proches, selon une enquête Ifop. 63 % des parents prévoient ainsi de faire de plus petits cadeaux à leurs enfants cette année (contre 55 % en 2021), et 59 % d’entre eux pensent même qu’ils devront renoncer à d’autres achats pour pouvoir justement acheter des cadeaux… 

Dès lors on a vu apparaître de nouveau comportements d’achats avec le recours aux produits reconditionnés, particulièrement pour tout ce qui est high-tech, l’envie de faire des cadeaux plus utiles que futiles, l’usage de comparateurs sur internet pour trouver le meilleur prix, des commandes qui se font de plus en plus sur internet, et l’engouement pour les promotions du black friday et du cybermonday. Autant d’astuces et de stratégies de consommation. Ce Noël sous inflation sera donc bien singulier. Mais les Français veulent malgré tout en préserver la magie, comme pour prendre des forces avant d’attaquer l’année 2023…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 3 décembre 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a