Accéder au contenu principal

Remise à plat

ehpad

Neuf mois après la déflagration qu’a constituée la publication du livre de Victor Castanet, « Les fossoyeurs : révélations sur le système qui maltraite nos aînés » (Ed. Fayard), nous voilà encore face à un scandale concernant les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Certes, cette fois-ci, il ne s’agit pas de maltraitance physique ou psychologique envers les résidents des maisons de retraite, mais les faits n’en sont pas moins graves.

Contrôlés par la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF), des Ehpad privés à but lucratif ont été épinglés entre 2019 et 2021, soit avant le scandale de janvier. Il en ressort qu’un établissement sur deux présentait des problèmes concernant les prestations qu’il propose souvent très chèrement. Contrats de séjour aux clauses déséquilibrées, modalités de résiliation désavantageuses, demande d’un dépôt de garantie exorbitant et mensonges sur les prestations vantées sur les dépliants publicitaires, tantôt enjolivées, tantôt carrément inexistantes. Ces contrôles ont donné lieu à des recommandations, des injonctions et trois saisines du procureur de la République pour les cas les plus graves, a annoncé le ministre des Solidarités. Nécessaire, mais certainement plus suffisant.

Car depuis maintenant plusieurs années, les témoignages ne cessent de s’accumuler sur des dysfonctionnements concernant les Ehpad. Qu’ils soient rédigés par des familles de résidents à bout, parfois obligées de dilapider l’héritage de leurs parents pour payer leur chambre en Ehpad, ou désemparées face aux maltraitances dont sont victimes leurs parents ; qu’ils soient rendus publics par de courageux anciens employés qui, malgré toute leur bonne volonté, ne peuvent plus supporter leurs conditions de travail et leurs conséquences et se muent en lanceurs d’alerte ; qu’ils soient écrits par d’ex-directeurs d’établissement, qui racontent combien la pression est forte pour qu’ils dégagent des bénéfices ; qu’ils soient relayés ou complétés par de solides enquêtes de presse, il y a tellement de récits glaçants – qui suscitent toujours autant l’indignation de l’opinion – que l’on se demande ce qu’il faudrait de plus pour enclencher une sérieuse remise à plat, corriger enfin ce qui ne va pas, mais aussi encourager ce qui marche. Que ce soit dans les Ehpad privés aujourd’hui sur la sellette – mais qui ne représentent que 24 % des établissements en France – dans les établissements publics ou associatifs.

Inutile pour cela de lancer une énième concertation. En 2018, les députées LREM Monique Iborra et LFI Caroline Fiat ont rendu un excellent rapport contenant 31 propositions qui devaient répondre à la crise des Ehpad, notamment en termes d’embauche et de formation, et dessiner un vrai changement de modèle. Un changement qui ne pourra se faire qu’avec un important financement pour le cinquième risque de la Sécurité sociale, lié à l’avancée en âge et à la perte d’autonomie, qui nous concerneront tous un jour. Ce chantier, entrouvert en 2008, n’est toujours pas achevé. Selon l’Insee, d’ici à 2070, les plus de 75 ans devraient croître de 5,7 millions de personnes, un vrai papy-boom. C’est donc bien aujourd’hui qu’il faut préparer cette société de demain.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 29 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en