Accéder au contenu principal

Reprendre la lutte

scanner

Depuis le début du mois, le petit ruban rose symbole d’Octobre rose, la campagne annuelle de sensibilisation des femmes à l’importance du dépistage du cancer du sein, rappelle combien la lutte contre le cancer est un combat de longue haleine. Un combat qui s’était retrouvé estompé, écrasé même par la pandémie de Covid-19 ces deux dernières années. À telle enseigne que le professeur Axel Kahn, médecin généticien de renom qui fut président de la Ligue contre le cancer de juin 2019 à son décès en mai dernier, avait lancé un cri d’alarme sur la « dangereuse dégradation » de la situation des patients atteints d’un cancer, dont la continuité des soins avait été empêchée par la pandémie, et sur l’interruption des dépistages systématiques de certains cancers.

La crise sanitaire étant entrée dans une phase d’accalmie – même si une 8e vague menace toujours – la lutte contre le cancer peut pleinement reprendre et mobiliser non seulement les chercheurs, les médecins, les patients et leurs proches, mais aussi toute la société.

Car le cancer, qui est l’une des principales causes de mortalité dans le monde avec 10 millions de décès par an (dont quelque 150 000 en France), est un enjeu de santé publique majeur. La récente étude américaine publiée ce mois-ci dans la revue Nature Reviews Clinical Oncology l’atteste. Révélant que quatorze types de cancers étaient en augmentation chez les moins de 50 ans, cette étude souligne combien le régime alimentaire, le mode de vie, l’obésité, l’environnement, etc. pourraient tous jouer un rôle dans le risque d’avoir un cancer et ce dès le plus jeune âge. Si les modes de vie et les régimes alimentaires aux États-Unis et en Europe sont bien sûr différents, l’étude n’en reste pas moins pertinente sur la nécessité de continuer à faire non seulement des dépistages mais aussi davantage de prévention.

C’est tout le sens de la nouvelle campagne lancée ce moi-ci par l’institut national du cancer : « Pour éviter les cancers de demain, c’est aujourd’hui qu’il faut agir ». En évitant l’écueil de l’infantilisation, adopter les bons gestes au quotidien pour son alimentation, sa consommation d’alcool, son activité physique, etc. peut contribuer à limiter les risques de développer un cancer car 40 % des cancers dus à notre hygiène de vie ou à notre environnement sont évitables.

Dans la lutte contre le cancer, la brique de la prévention apparaît ainsi capitale, tout autant que celle du dépistage – où les tests sanguins seront en mesure de détecter un ou plusieurs cancers – de l’amélioration des soins – l’espoir de chimiothérapies injectées par voie sous-cutanée est là – et de la recherche sur des thérapies moins invasives, plus ciblées, personnalisées. La lutte contre le cancer avance d’année en année mais pourrait encore s’accélérer.

Face à la crise du Covid-19, le monde a montré qu’en s’alliant, des progrès spectaculaires pouvaient être accomplis comme trouver des vaccins efficaces en moins d’un an. Face au cancer, cette même volonté doit pouvoir être mise en œuvre pour , selon les récents mots du président des États-Unis Joe Biden – dont le fils aîné a été emporté par un cancer du cerveau en 2015 – « guérir les cancers une bonne fois pour toutes... »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi  13 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en